France Télécom mise gros avec Unik, offre de convergence

Régulations

L’opérateur historique a dévoilé son combiné hybride fixe-mobile destiné au grand public mais aussi aux entreprises. Il s’agit d’arrêter l’hémorragie des abonnés fixe de l’opérateur avec une offre de convergence qui joue la carte de la simplicité…

Après Neuf Cegetel, et avant Free, France Télécom/Orange a dévoilé ce lundi son offre de convergence fixe-mobile, articulée autour d’un combiné hybride Wi-Fi/GSM, l’unik (lancement commercial, le 5 octobre).

Objectif: proposer via un seul combiné, les communications fixes et mobiles sans coupure. Unik servira de base à l’offre quadri-play(ADSL+TV+VoIP+Mobile) de la filiale de France Télécom.

Il s’agit aussi et surtout pour France Télécom d’arrêter l’hémorragie de ses abonnés fixes, séduits par les offres de dégroupage total des concurrents. Rappelons que plus d’un million de foyers ont quitté l’opérateur historique, depuis le lancement des offres triple-play.

Le groupe joue donc gros: “On veut fidéliser et stabiliser le churn de nos abonnés”, confirme Didier Lombard, président de France Télécom. Orange se base sur les habitudes des utilisateurs: 40% des appels passés à domicile sont réalisés depuis un mobile et 50% des foyers équipés d’une LiveBox ont un mobile Orange.

Si le groupe ne donne pas d’objectifs précis, il compte néanmoins convertir d’ici deux ans, 15% de son parc mobile.

Concrètement, Unik permet de téléphoner gratuitement et de façon illimitée à la maison en VoIP vers les fixes avec la LiveBox (la liaison se fait en Wi-Fi et on peut relier cinq combinés Unik à la LiveBox). A l’extérieur, le combiné bascule automatiquement sur le réseau GSM. Le tout évidemment sans coupure même pendant une conversation. Mais pour le Wi-Fi extérieur, il faudra repasser. “Les appels en VoIP via un hotspot Wi-Fi public n’est pas prévu pour le moment”, indique Orange.

La carte simplicité est donc mise en avant: un seul combiné, un seul numéro, une seule messagerie, une seule facture. Quel que soit le réseau utilisé. Un argument mis en avant par l’opérateur face à l’offre concurrente de Neuf Cegetel (Twin) qui implique par exemple deux numéros.

Sur le papier l’idée est séduisante. Dans les faits, cela se complique un peu. Si je débute une conversation en fixe à mon domicile, en sortant, je basculerai en GSM mais je serai facturé sur mon abonnement fixe. Par contre, si je débute une conversation mobile à l’extérieur, elle restera GSM lorsque je retourne chez moi. Seuls les appels commencés à domicile sont facturés en VoIP, et sont donc illimités.

C’est encore un peu plus compliqué pour celui qui appelle un abonné Unik. Le numéro unique est un 06, un numéro mobile. Même en téléphonant au domicile de l’abonné, le correspondant appellera un mobile (il paiera donc plus cher). A moins d’utiliser le numéro en 08 de la LiveBox…, ce qui revient à avoir, toujours, deux numéros…

Côté tarifs, Orange propose deux formules. Pour 10 euros par mois, on accède aux appels illimités vers les fixes en France (dont les box). Pour 22 euros par mois, l’offre d’enrichit des appels illimités vers les mobiles Orange. Evidemment, cette offre suppose en outre un abonnement à l’ADSL avec Livebox et à l’option téléphonie sur internet.

Deux combinés UMA (Unlicensed Mobile Access) sont présents pour ce lancement: le Nokia 6136 et le Samasung P200, ils sont Edge mais pas 3G et seront proposés à partir de 99 euros. En novembre, le Motorola A910 sera proposé.

Si Unik est d’abord lancé pour le grand public (limité à 100.000 abonnés), le monde professionnel est lui aussi visé. “De façon évidente, Unik intéressera autant, même plus les entreprises que les particuliers”, souligne Didier Lombard. Unik for business sera lancé en octobre. L’offre sera similaire: autour de la LiveBox pro, l’utilisateur aura accès à une continuité de service IP+Mobile entre l’extérieur et l’intérieur d’une zone.

Enfin, Orange annonce qu’Unik sera immédiatement décliné en Grande-Bretagne où BT a lancé une offre assez similaire (BT Fusion). Des lancements sont prévus aux Pays-Bas, en Espagne et en Pologne.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur