France Télécom : plus de rentabilité, mais…

Cloud

La téléphonie fixe et Equant pénalisent l’opérateur historique

Restructurations, baisse des investissements et contrôle drastiques des coûts ont porté leurs fruits: France Télécom améliore fortement sa rentabilité en 2003. L’opérateur semi-public a réalisé un bénéfice d’exploitation 2003 en progression de 40,3% à 9,5 milliards d’euros (+45,5% en pro forma). Avant amortissements, il a progressé de 16% à 17,3 milliards (+21% en pro forma).

Le profit opérationnel s’est élevé à 9,54 milliards d’euros contre 6,8 milliards en 2002, soit une marge de 20,7% contre 14,6%. Le niveau de la dette, point très sensible, a également été amélioré. Il se situe à moins de 45 milliards d’euros fin 2003, contre 68 milliards fin 2002. Des performances en ligne avec les objectifs du groupe. “Nos objectifs de l’année 2003 sont pleinement atteints”, a commenté le directeur financier du groupe Michel Combes, lors d’une conférence téléphonique. Néanmoins, l’opérateur historique observe un recul de ses revenus sur l’année. Le chiffre d’affaires a atteint 46 milliards d’euros contre 46,630 milliards(-1,1%). Le marché anticipant 46,474 milliards. En données pro forma, la progression est de 3,4%, soit dans le bas de la fourchette 3%-5% fournie par le groupe. Equant en chute La croissance des revenus a été pénalisée par les difficultés de la téléphonie fixe en France. Sur ce terrain, le chiffre d’affaires est en baisse de 5,6% à 21,761 milliards d’euros. France Télécom voit ses parts de marché reculer de 5,1 points à 75,8% sur le trafic local et de 2,5 points à 61,8% sur les communications longue distance. L’activité des services aux entreprises avec Equant est également en fort repli. La filiale accuse une chute de 17,2% de ses revenus à 2,612 milliards d’euros, du fait du recul du dollar contre l’euro. En données pro forma, la baisse est de 0,8%. Les revenus de France Télécom ont été tirés par Orange. La filiale de téléphonie mobile annonce un chiffre d’affaires de 17,941 milliards d’euros contre 17,085 milliards en 2002 (+5%). Orange a réussi à faire progresser le revenu moyen par abonné (Arpu) sur ses deux principaux marchés : 379 euros contre 377 en France et 271 livres contre 259 en Grande-Bretagne. Autre levier de croissance avec Wanadoo (voir notre article) dont les revenus bondissent de 26% à 2,617 milliards d’euros, grâce au développement du haut débit en Europe. Pour l’exercice 2004, France Télécom table sur une progression de son chiffre d’affaires pro forma comprise entre 3 et 5%, notamment grâce à la croissance de sa filiale de téléphonie mobile Orange et aux usages liés à l’internet haut débit, toujours selon le communiqué. Beau contrat pour Equant

Après la déception engendrée par ses résultats, Equant tente de rassurer avec l’annonce d’un gros contrat signé avec Axa.

Cet accord vise à optimiser les performances et l’efficacité de l’infrastructure télécoms d’Axa. Estimé à près de 400 millions d’euros sur 6 ans, ce contrat global porte sur le déploiement d’un réseau privé virtuel mondial (Equant IP VPN) reliant l’ensemble des principaux sites du Groupe AXA (sièges, bureaux régionaux, centres d’appels et agences) sur les trois continents : Amérique du Nord, Europe, et Asie Pacifique.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur