France Télécom ‘récompensé’ pour ses multiples anglicismes

Régulations

L’opérateur français s’est vu décerner le prix de la “carpette anglaise”, qui stigmatise l’usage de l’anglais au détriment du français

LiveBox, business talk, live-zoom, family talk, business everywhere…, autant de termes anglais qui servent à définir les services proposés par France Télécom. Et le français dans tout ça ?

Oubliée la langue de Molière ! L’opérateur historique préfère Shakespeare ce qui lui vaut le prix de la “carpette anglaise” qui stigmatise l’usage abusif de l’anglais. Il y a quelques années déjà, le groupe avait tenté de faire disparaître les accents sur les ‘e’ de Télécom et avait provoqué une levée de boucliers. Mais il semble que les défenseurs du français ont abandonné la lutte face au déferlement de termes anglo-saxons désormais utilisés par l’opérateur. Mais les membres du jury de la “carpette anglaise” se rappellent au bon souvenir de France Télécom. Ce dernier, souvent interrogé sur cette question, évoque l’ambition et la présence internationale de l’opérateur dans le monde. On veut bien. L’académie de la carpette anglaise est présidée par l’écrivain Philippe de Saint Robert. Le jury réunit une dizaine de membres dont Hervé Bourges, Christine Clerc, Dominique Noguez, Claude Duneton, etc. Les autres ‘récompensés’

Finaliste, Yves Daudigny, président du Conseil général de l’Aisne, a été sélectionné “pour sa grotesque campagne publicitaire en anglais :’L’Aisne, it’s Open !'”, indique le jury. Le prix spécial à titre étranger a été attribué à Josep Borrel, président du parlement européen, “pour avoir avantagé l’anglais lors de la session de l’assemblée parlementaire Euro-Méditerranée qu’il vient de présider à Rabat au Maroc (pays francophone et membre fondateur de la Francophonie), sans prévoir la traduction des documents de travail”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur