France Télécom tient ses objectifs

Cloud

L’opérateur historique atteint sa traditionnelle croissance de 3% et maintient ses objectifs

Les résultats de France Télécom n’ont pas surpris, ni déçu. L’opérateur historique français annonce des résultats trimestriels en ligne avec ses objectifs et avec les attentes des marchés et des analystes.

Comme à chaque trimestre, le groupe affiche une croissance du chiffre d’affaires d’environ 3%. Il s’établit à 11,62 milliards d’euros. La marge brute d’exploitation progresse à un rythme supérieur, 3,3%. ““Les résultats sont en ligne avec le consensus malgré l’impact d’éléments spécifiques qui masquent des tendances de fond positives qui nous permettent de maintenir les guidances pour 2005”, a déclaré Michel Combes, directeur exécutif en charge des équilibres financiers. France Télécom est toujours porté par les activités mobiles et Internet. Le chiffre d’affaires d’Orange progresse de 8,9% à 4,89 milliards d’euros soutenue par la performance d’Orange en France dont les revenus ont progressé de 15,7% (+5,2% pro forma). En Pologne, la progression a été de 31,4%, tandis que la baisse a été de 4,3% au Royaume-Uni en raison de la pression concurrentielle. L’opérateur mobile compte désormais 64,4 millions de clients, en hausse de 14% par rapport au premier trimestre 2004 en données pro forma. En France, la base clients a augmenté de 4,6% (+64.000 clients) et la part des clients forfait a progressé à 60,9%. Le revenu moyen annuel par abonné s’est porté à 430 euros (+3,5% pro forma) et l’usage moyen à 169 minutes (+8,3%). Wanadoo connaît une hausse de 91% de la base de clients en Europe, en France, le FAI revendique 49% de part de marché des nouveaux clients ADSL au premier trimestre. Plusieurs offres ont été lancées ou élargies ces derniers mois, comme MaLigneTV, la visiophonie, l’ADSL 2+, des offres de voix sur internet. La division entreprises se replie (-6,5% à 1,94 milliard d’euros) tout comme la téléphonie fixe dont les revenus se sont encore une fois affaissés de 0,2% à 5,58 milliards d’euros. En France, les revenus des services fixes grand public ont regressé de 3% en pro forma, en raison du repli de 12,6% des revenus des communications téléphoniques grand public (notamment du à la baisse des prix du fixe vers le mobile), tandis que le volume du trafic voix reculait de 8,9%. La part de marché s’est établie à 70,9% en mars pour le trafic local, contre 73,3% en décembre dernier Bonne surprise du côté d’Equant, la filiale services en perpétuelles pertes. La division fait état d’une légère hausse de son chiffre d’affaires au premier trimestre grâce à la croissance liée à la vente et au déploiement d’équipements et à l’essor des services de sécurité, d’hébergement et de messagerie. La société spécialisée dans les services de télécommunications pour multinationales a réalisé un chiffre d’affaires trimestriel de 711 millions de dollars, soit une hausse de 0,9% par rapport aux 704 millions de l’an dernier à la même époque. Rappelons qu’Equant va supprimer 1.744 postes dont 358 en France. 1.500 postes seront créés en Inde, en Egypte et au Brésil. Côté objectifs, le groupe prévoit toujours une marge brute opérationnelle de plus de 18,5 milliards d’euros sur l’année avec un chiffre d’affaires en hausse de 3 à 5% en pro forma.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur