Près de 11% du marché en France : Windows Phone décolle enfin

OS mobilesRéseaux
Nokia Lumia 620 (crédit photo © Nokia)

S’il reste distancé par Android, Windows Phone profite du retrait de BlackBerry et de la dynamique moins positive autour d’iOS pour frôler les 10 % de parts de marché en Europe. Et même dépasser cette barre en France.

Déjà entrevue dans les chiffres de Gartner et IDC, la montée en puissance de l’OS de Microsoft dans l’univers des OS mobiles se confirme dans les indicateurs relevés par Kantar, sur la période du 1er juin au 30 août 2013.

Ces chiffres font état d’une croissance sans précédent pour la plate-forme de Microsoft, qui peuple désormais 9,2% des smartphones vendus sur les 5 principaux marchés européens (Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni).

Pierre angulaire d’une stratégie de convergence ‘terminaux et services’ mise en œuvre sous l’ère Steve Ballmer, Windows Phone reste, dans l’absolu, sept fois moins adopté qu’Android, dont la part de marché est évaluée à 70,1%.

Mais l’horizon s’est éclairci depuis que BlackBerry – 2,4% du marché –  a annoncé son retrait du marché grand public.

5,2 points gagnés en un an

Parallèlement au déclin du fabricant télécoms canadien, Nokia, principal contributeur de l’écosystème Windows Phone, aurait enregistré une forte hausse de ses ventes.

Sa stratégie axée sur le volume se répercute à travers une large sélection de smartphones positionnés en entrée et milieu de gamme.

Dans la dernière génération, on retrouve le Lumia 520, « qui fait partie des trois terminaux les plus vendus par les opérateurs en France », selon Alain Crozier, président de Microsoft France.

Désormais crédité de 10,8% du marché en France (+5,2 points en un an) et 12% au Royaume-Uni, Windows Phone entretient une dynamique globalement plus favorable qu’Apple iOS, qui, exception faite de sa percée dans l’Hexagone (+4%), perd en influence à l’échelle du continent.

Et l’OS de Microsoft ne connaît de recul qu’en Italie (-0,8%), essentiellement au profit d’Android.

En Allemagne, il se rapproche même d’iOS (8,8% contre 9,5%). C’est la même situation en Espagne, où Android accapare néanmoins plus de 90% du marché.

Prochaine piste explorée par Microsoft : l’instauration d’un code source et une API partagés avec les autres environnements Windows (Lire Du smartphone aux téléviseurs : vers une seule API pour Windows ?), pour faciliter la tâche des développeurs et proposer aux utilisateurs une seule et même expérience, indépendamment de la plate-forme.

Il est aussi question d’une logithèque unifiée, avec des applications ‘universelles’ capables de s’adapter aux smartphones comme aux tablettes.


Voir aussi
Dossier : la réorganisation à marche forcée de Microsoft


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur