François Benhamou : « Novell se recentre sur l’offre grand compte »

CloudLogicielsMobilité
François Benhamou © Novell

A l’occasion de la présentation de nouvelles solutions ZENWorks de gestion des terminaux, François Benhamou, directeur Europe du Sud de Novell, fait le point sur la situation de l’éditeur, bientôt 3 ans après son rachat par Attachmate.

Novell a profité du récent Mobile World Congress de Barcelone fin février pour présenter ZENworks 11 Support Pack 3, la nouvelle version de sa solution de gestion des périphériques mobiles. L’occasion pour Silicon.fr de faire le point avec l’éditeur, bientôt 3 ans après son rachat par Attachmate. François Benhamou, directeur général Novell Europe du Sud, a répondu à nos questions.

Silicon.fr – Quelles sont les principales nouveautés de ZENworks 11 Support Pack 3 ?

François Benhamou – L’outil de reporting a été changé, il offre désormais plus de fonctionnalités, une meilleure ergonomie et supporte un plus grand nombre de produits, jusqu’à 80 000 appareils par zone. ZENworks 11 sait fonctionner sur plusieurs types d’annuaires ce qui permet de gérer les différents domaines depuis un centre unique de gestion. Cela représente un vrai avantage pour l’entreprise qui n’a plus besoin de créer un annuaire global.

Les fonctions d’inventaire ont également été enrichies avec l’analyse de l’usage des applications d’un poste de travail, le détail des exécutables et leur qualification (distinguer une application métier d’un logiciel « exotique »). Ce qui simplifie le travail des administrateurs pour connaître les applications installées et leur taux d’utilisation. Enfin, Filr, le Dropbox d’entreprise, est certifié MobileIron AppConnect pour garantir les fonctionnalités et la sécurité des fichiers.

Quel a été le moteur du développement de ces innovations ?

C’est parti d’une demande clients qui voulaient ces fonctionnalités et nous avons aussi anticipé l’arrivée des tablettes avec de plus en plus de comptes qui vont en élargir l’utilisation. Chez un client de 50 000 utilisateurs, un projet tablette représente 10% du parc aujourd’hui, essentiellement au niveau des exécutifs, mais qui s’étendra demain aux métiers, avec donc davantage de devices. Notre solution répond au besoin de rationaliser les fonctionnements en permettant à une seule équipe de gérer l’ensemble des terminaux de l’entreprise sur tous ses territoires.

En parallèle pour avez annoncé ZENworks Suite, une suite applicative toute intégrée. Pour répondre à quels besoins ?

ZENWorks est constitué d’une collection de produits qui vont de l’inventaire, à la télédistribution, la virtualisation applicative, la gestion de mise à jour, le cryptage de disque dur*, etc., jusqu’à la gestion du poste de travail/laptop et du terminal mobile. Une offre construite au fil des années qui se traduit aujourd’hui par un catalogue produits un peu complexe au final. Il était nécessaire de le rendre plus lisible en reformatant l’offre avec une suite globale tout en conservant la richesse fonctionnelle. L’intérêt est d’avoir un seul et unique agent, donc une seule installation, pour l’ensemble des fonctionnalités. Cela répond à la tendance du marché d’accorder sa confiance à un éditeur unique, contre le principe du best of breed [sélection des meilleures solutions dans leur domaine, NDLR] qui alourdit le système et sa gestion.

Une fois l’agent installé, l’entreprise peut avoir toutes les fonctionnalités (disponibles à l’aide d’une clé d’activation), qu’elle les utilisent immédiatement ou non. Il est également possible de personnaliser l’agent selon les besoins ; par exemple si l’entreprise veut conserver sa solution de chiffrement, il est inutile d’en ajouter une autre. Les besoins sont évalués lors de la mise en place du projet. Mais nous continuons à proposer les solutions de façon indépendante.

Comment voyez-vous évoluer la mobilité au sein des entreprises ?

On voit évoluer ses usages au quotidien, notamment dans les banques où, grâce aux tablettes, l’agent commercial dispose d’une interface plus ergonomique et plus ouverte qui optimise ses actions en mobilité, notamment auprès de ses interlocuteurs. La mobilité touche aussi beaucoup le marché de la santé à travers les problématiques de mobilité interne à l’hôpital et d’accès aux données critiques en toute confidentialité. On la trouve également beaucoup dans le marché du retail (grande distribution, NDLR) avec le nouveau concept de magasin proche du modèle de l’Apple Store où des vendeurs mobiles, équipés de tablettes reliés à un backbone de la boutique équivalent à celui du service en ligne, assistent le client dans sa commande. Les magasins vont devenir d’énormes showroom avec livraison sur place ou à domicile.

Quelle est la situation du marché français pour Novell ?

En tant que responsable des territoires France, Espagne, Italie et Portugal, je peux vous affirmer que les plus gros de mes marchés se trouvent en Espagne. Les projets y sont, d’une manière générale, novateurs, plus pointus et plus en avance dans les usages qu’ailleurs. Ce n’est pas un hasard si le Mobile World Congress se déroule à Barcelone.

Quel est le bilan global pour Novell face, notamment, à l’hégémonie de Microsoft en matière d’annuaire ?

Nous présenterons notre deuxième année fiscale complète fin mars. Je peux vous dire que nos résultats sont bons et supérieurs aux résultats en Europe, particulièrement dans les zones Sud, Est et en Allemagne, où Novell s’est refocalisé sur les clients grands comptes.

Certes, on perd du terrain face au standard Microsoft Active Directory, notamment dans le cadre de fusions-rapprochements, mais les entreprises gardent les fonctionnalités d’impression de Novell avec les compétences internes. Donc nous y conservons une bonne présence. D’ailleurs, le déclin de la base client File&Print (jusqu’alors de 10% par an) a considérablement ralenti et est contrebalancé par les nouveaux produits comme iPrint, solution d’impression depuis n’importe quel terminal et depuis n’importe où, et Filr, solutionde partage de fichiers dans le Cloud et qui bénéficie d’une évolution soutenue avec une version 2 en avril et une V3 prévue en décembre.

Novell se recentre sur l’offre grand compte qui constitue notre avenir sur ce domaine. Enfin, aussi étonnant que cela paraisse, les outils historiques d’émulation et transfert de fichiers d’Attachmate sur les gros systèmes sont encore présents dans les 100 plus grandes entreprises au monde. Une présence qui va nous permettre de les approcher.

* La solution ZENworks Full Disk Encryption va hériter, à termes, des technologies de SECUDE dont Novell s’apprête à acquérir l’offre FinallySecure Enterprise.


Lire également

Le modèle d’Attachmate est une chance pour Novell, SUSE et NetIQ

Novell Filr : partage de fichiers sans le cloud

L’entreprise immobile, chronique d’une mort annoncée


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur