IT-Life – François Tricot (Ceva Santé Animale) : priorité à l’innovation avec l’accès Web mobile

CloudDSI
François Tricot, DSI de Ceva Santé

Ceva Santé Animale vient de se doter d’une nouvelle solution pour optimiser la gestion de sa chaîne d’approvisionnement. Le choix d’une solution avec accès universel et mobile a primé. Un témoignage IT Life

L’objectif défini était clair : améliorer le niveau de service avec un meilleur processus de planification collaborative à l’international, et diminuer encore le volume des stocks.  Autrement dit, Ceva Santé Animale voulait se doter d’une nouvelle arme  stratégique.

En 2012, un cahier des charges, pour une nouvelle application, a été établi. Il comportait les objectifs prioritaires suivants :

  • mettre en place une planification usine qui tienne compte des contraintes capacitaires sur les niveaux produits finis, semi-finis et vrac, en passant d’une maille mensuelle à une maille hebdomadaire;
  • prendre en compte à la fois les dates limites de consommation (DLC) et la disponibilité des matières;
  • donner accès au département Supply Chain pour la modification de certaines données directement liées à la distribution (calendrier de réception, multiple et minimum de transport, délais, etc.);
  • visualiser l’impact de la projection des stocks grâce à un outil de simulation.

Accessible avec tous ‘devices’

La solution devait être accessible via le web, à partir de tous navigateurs et de tous “devices’ connectés – PC portables, ultrabooks, tablettes, comme nous l’a expliqué François Tricot, DSIO de Ceva Santé.

Jusqu’ici, une partie de ces fonctions était produite par des états issus de l’ERP (JDEdwards/Oracle) et, en aval,  des traitements sur tableur, comme classiquement. Après consultation,  deux solutions ont été mises en concurrence : l’une provenant de JDA Software (l’éditeur qui a absorbé RedPrairie en décembre 2012) et l’autre émanant  de Dynasys. C’est l’offre de Dynasys qui a été retenue, pour plusieurs raisons.

Le prix négocié était intéressant par rapport à celui d’un concurrent – avec, il est vrai, des fonctionnalités différentes.  Le TCO, vu par Ceva Santé, a été divisé par deux (incluant coût de l’intégration, coûts internes d’administration, options, infrastructure…).

Autre atout de la solution de l’éditeur français : elle a évolué vers une offre en accès web, donc ouverte à la mobilité. L’application a été redéveloppée, comme le voulait le cahier des charges, pour fonctionner avec les principaux navigateurs Internet du marché. «C’était clairement notre stratégie affichée – accès web et mobilité – et Dynasys a su s’adapter à cette exigence. Nous savions que nous serions instigateur et pionnier», souligne François Tricot.

En pratique, la solution retenue présente l’avantage d’une mise en œuvre des modules Distribution Planning et Production Planning.  «Ces nouveaux modules vont nous permettre de passer d’une ‘production à la demande’ à une ‘production sur stock’», explique le DSIO de Ceva Santé.

«Les évolutions apportée avec version 2.7 de DynaSys, notamment en termes de web access, vont nous permettre d’aller au bout de notre process collaboratif. Nous allons donner accès à la Supply Chain, via un portail web, à tous nos utilisateurs, n’importe où dans le monde, à partir d’une simple connexion Internet. C’est un ‘plus’ important pour accompagner notre développement et notre croissance dans le monde», ajoute François Tricot.

Le projet a été lancé mi-2012; il est en déploiement pilote depuis le 8 juillet dernier. Silicon.fr a fait le point sur la solution avec François Tricot.

François Tricot, DSI de Ceva Santé
François Tricot, DSI de Ceva Santé Animale

Silicon.fr – Est-ce une solution ‘Cloud’?

François Tricot – Non. Elle est hébergée chez nous, accessible via un simple accès Internet par tout navigateur, depuis un PC portable ou une tablette, à l’adresse https://supply-planning.ceva.com mais ce n’est pas une architecture ‘multi-tenant’.

Comme assurez-vous la sécurité? Les données ne sont-elles pas confidentielles?

Si, bien sûr. L’accès se fait en HTTPS, avec une sécurité renforcée, un log spécifique, une authentification forte, un certifcat PKI, une reconnaissance du profil utilisateur, etc. – donc un ensemble de fonctions de sécurité que nous avons ajoutées.
Car nous voulions un accès ‘multi-devices’, sans les contraintes d’un VPN. Certains utilisateurs doivent pouvoir confirmer leur besoin, planifier leur demande ou  passer les commandes, aussi bien de la maison que du bureau.

Quelles sont les innovations portées par le projet?

Il y a innovation, d’une part, dans le fonctionnel; car nous sommes dans un contexte complexe, comme, par exemple, celui du planning des vaccins, qui sont des produits présentant des caractéristiques très spécifiques comme un titrage différent,  une concentration de telles ou telles molécules, des délais de péremption, etc. Il faut pouvoir, par exemple, déterminer très vite quel vaccin est éligible pour quel pays, en fonction de la réglementation en vigueur. C’est, dans la plupart des cas, une arborescence de choix vite complexe.
D’autre part, nous innovons dans une collaboration très interactive entre un éditeur et son client en étant les premiers clients à déployer le module Web Access, affiné à partir de nos besoins D’autant plus que nous représentons pour Dynasys un nouveau secteur d’activité, celui de la santé animale, même s’ils connaissent déjà le secteur pharmaceutique.

Et, en termes de technologies, quelles innovations?

Ce sont surtout les développement réalisés pour l’interfacage entre l’ERP (JDE) et notre ETL. Nous ne cherchons pas la technologie pour la technologie…

Et le futur proche?

Nous entrons dans une phase de déploiement qui sera assez longue car, comme évoqué,  il nous faut assurer la formation des utilisateurs et modifier leurs méthodes de travail tant dans l’ERP (qui fournit les données) qu’avec les nouveaux outils Dynasys (qui remplacent Excel). Tout ceci explique que le plan de déploiement à l’international prend du temps (6 à 9 mois).
Nous allons équiper les 5 ou 6 usines les plus importantes sur les 21 au sein de Ceva Santé. Ce qui mobilise une équipe d’une dizaine de personnes, y compris Dynasys. A terme, ce sont environ 150 utilisateurs qui sont directement concernés, environ 2 par pays.

Quel intérêt portez-vous à la Business Intelligence?

Nous avons de bonnes relations avec MicroStrategy qui dispose d’outils pertinents pour la mobilité, pour construire, par exemple, des applications de CRM sur iPad, ou encore des applications de gestion des forces de vente , l’édition d’argumentaires pour les commerciaux, etc. – tout cela à partir de la Business Intelligence.
Mais nous ne nous limitons pas à la BI : nous renvoyons des données vers les serveurs lors des prises de commandes;  des données produites par les comptes-rendus de visite. Cette application “maison” fonctionne avec des tablettes sous iOS ou Android.

Allez-vous étendre sinon systématiser l’usage des tablettes?

Oui, notamment pour nos visiteurs médicaux, ceux qui sont au contact des vétérinaires. Nous utilisons surtout des tablettes iPad et quelques autres sous Android.
Comme vous pouvez le voir sur http://appstore.ceva.com, nous avons de multiples applications qui fonctionnent sur tablette, soit en Web optimisé tablette, soit en Natif. En fait la majorité de mon SI (plus de 100 applications ou déclinaisons pays d’applications).

Les délégués commerciaux peuvent accéder, par exemple, à:

  • CRM sur Microstrategy, ventes sur Microstratgegy (2 applications natives),
  • CRM sur Quickbase (app web),
  • Intranet (app web)
  • Suite Google de productivité : Gmail, Calendar, Contacts, Google+ (réseau social d’entreprise), Google Hangout (vidéo chat), Google Authenticator (sécurité renforcée), Google Drive (stocakge et édition de documents Google), QuickOffice (présentation et édition de documents Microsoft Office),
  • 8 apps natives.

Les techniciens y ajoutent l’application d’audit terrain ou de collecte de données. (appli native), les financiers ou le service client peuvent accéder à l’ERP (application web), les réglementaires au portfolio d’autorisations de mises sur le marché (application web), à la gestion documentaire…

Avez-vous d’autres grands projets actuellement ?

La ‘supply chain‘ est notre grand projet actuel. Il va mobiliser nos ressources pour un bon moment encore.
En parallèle, nous continuons d’optimiser nos ressources IT. Ceci alors même que, selon notre benchmarking référent, notre informatique est déjà 40% moins coûteuse que celles de nos concurrents dans le top 10 mondial !

_________

(*) Ceva Santé animale :  une forte expansion à l’international

Ceva Santé Animale en Afrique_3
Ceva Santé Animale en Afrique

Initialement filiale de Sanofi-Aventis,  Sanofi Santé Nutrition Animale est devenue Ceva Santé Animale en 1999, à la suite de trois LMBO (rachats par les salariés). Depuis 2000, la compagnie s’est beaucoup transformée et développée. Elle a acquis 19 sociétés, générant une croissance annuelle 8,4% en moyenne. En 2011, la croissance était encore à deux chiffres pour la 3e année consécutive.

Ce laboratoire pharmaceutique leader dans la catégorie vétérinaire réussit sur deux domaines d’expertise :  la pharmacie et la biologie (vaccins). La société est présente dans 43 pays et dispose pas moins de 13 centres de R&D,  21 sites de production. Elle compte 3000 collaborateurs et a réalisé un chiffre d’affaires dépassant les 600 millions d’euros.  Elle est classée parmi les 10 premiers géants pharmaceutiques mondiaux.
_______________

Voir aussi les autres témoignages IT Life :
IT Life : Fabrice Del Aguila, Soletanche-Freyssinet (Vinci)
IT Life : Nicolas Monnier, CERFACS, l’empreinte énergétique des serveurs pose questions
IT Life : Jean-Marc Prost, Volvo IT, le collaboratif et la mobilité
IT Life : Diane Remond, ACCOR, le défi de créer une base de clients unique
IT Life : Catrena Blanco, Europcar, comment réussir sans budget


Voir aussi: La fibre optique en 10 questions


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur