Free fête ses 10 ans

Réseaux

Forfait Internet bas débit gratuit, Freebox, triple play, vidéo à la demande… L’histoire de Free est jalonnée d’innovations technologiques et de coups commerciaux. Pour fêter 10 ans de succès, Iliad invite ses abonnés à Bercy.

Free ne lésine pas sur les moyens. Pour fêter ses 10 ans, l’opérateur a loué pas moins que le Palais Omnisport de Bercy (qui peut accueillir plus de 10 000 personnes). Clients de Free, presse et autres invités privilégiés passeront la soirée en compagnie de Gad Elmaleh et profiteront de la « Free Rock Party » avec Louis Bertignac, Cali, Stéphane Eicher, Richard Kolinka ou encore Raphaël.

En 10 ans, Iliad, la maison mère de Free, est devenu le 4e opérateur de téléphonie en France et, surtout, le 2e fournisseur d’accès Internet derrière Orange avec environ 25 % d’un marché français désormais concentré autour d’une poignée d’acteurs. Au 30 juin 2009, le groupe comptait 4,4 millions d’abonnés dont 800 000 issus du rachat d’Alice en août 2008. Un rachat qui plombe légèrement les résultats de l’entreprise qui ne cessent de progresser d’un trimestre à l’autre. Entré en Bourse en janvier 2004, Iliad pèse aujourd’hui 4,15 milliards d’euros.

Un succès qu’on attribue au sens de l’innovation du groupe, tant technique que commercial. Free a été le premier à proposer, en 1999, un abonnement gratuit à l’accès Internet bas débit, suivi du forfait 50 heures pour 15 euros à une époque ou les offres plafonnaient à 20 heures. Le coup de génie de Free a surtout été le lancement de la Freebox qui apporterait aux utilisateurs les services triple play(Internet, téléphonie et, plus tard, télévision) aujourd’hui base des offres ADSL. Les offres de services et innovations (vidéo à la demande, TV personnelle, multi TV, magnétoscope numérique, etc.) se sont accumulées dans un forfait unique à moins de 30 euros qui a fixé les tarifs de l’ADSL. La simplicité de cette offre unique, pour les abonnés dégroupés ou non, a également participé au succès de Free.

Alors qu’Iliad est désormais un acteur installé, le groupe n’en continue pas moins de « secouer » le marché. Dernière annonce en date (qui remonte d’ailleurs à 2007), sa candidature à la 4e licence de téléphonie mobile. L’acquisition des fréquences 3G apporterait au groupe des leviers de croissance que l’ADSL seul n’est plus en mesure d’assurer. Les dirigeants d’Iliad, à commencer par le fondateur Xavier Niel, assurent que Free Mobile se montrera très agressif en termes de tarifs sur le marché de la téléphonie mobile. Une perspective qui ne réjouit guère les opérateurs mobiles en place qui menacent de porter plainte auprès de Bruxelles. Mais les récents propos de Nicolas Sarkozy, qui s’interroge sur l’intérêt de cette 4e licence, pourrait remettre en cause la stratégie de Free.

L’autre axe de développement se trouve dans la fibre optique qui permettra à Iliad de construire son réseau à très haut débit (THD). Ambitieux, Iliad a annoncé viser les 4 millions d’abonnés THD pour 2012 pour un investissement de 1 milliard d’euros sur 4 ans. Bref, les 10 prochaines années de Free promettent d’être aussi riches que les dix précédentes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur