Free Mobile met les pieds dans le plat-pays ?

Réseaux
Xavier Niel, patron d'Iliad, présente l'offre mobile de Free

Xavier Niel a fait part de l’intérêt de son groupe Iliad pour le marché belge au magazine «Trends-Tendances». A condition qu’une opportunité se présente.

Free.be* s’ouvrira-t-il prochainement sur une page du site d’une future filiale belge d’Iliad ? S’il est encore trop tôt pour le dire, Xavier Niel regarderait du côté du plat pays pour agrandir les frontières les activités de son groupe.

C’est du moins ce qu’il a déclaré au magazine belge francophone Trends-Tendances, rapporte ITespresso.fr. A condition qu’une place se libère.

La Belgique, une extension naturelle

« Si KPN [opérateur télécoms néerlandais et maison-mère de l’opérateur mobile Base en Belgique, ndlr] ou Orange [maison-mère de Mobistar] vendent un jour, je réfléchirai à y venir. Mais, aujourd’hui, il n’y a pas d’acteur à vendre en Belgique, a expliqué le patron de Free. De par sa proximité, de par sa langue commune sur une partie du territoire, la Belgique nous paraît être une extension naturelle. » La recette serait la même qu’en France : casser les prix. « En général, on n’est pas trop mauvais pour ça », fait-il remarquer avec son ironie habituelle.

Partir de zéro est trop risqué aujourd’hui. « Quant aux nouvelles licences mobiles que l’Etat belge attribue parfois, elles sont trop restrictives. De plus, il est très difficile de déployer de nouvelles antennes en Belgique. »

Déjà en 2012

L’intérêt de Xavier Niel pour le marché voisin n’est pas nouveau. En 2012, il avait étudié la possibilité d’acquérir Base mis en vente par KPN (le prix de cession avait été fixé à 1,8 milliard d’euros à l’époque). Tout comme une poignée de fonds d’investissement comme Bain Capital, CVC Capital Partners, Apax Partners et Providence Equity. Face aux offres insuffisantes, l’opérateur néerlandais avait finalement abandonné le processus de désengagement de Base.

Par ailleurs, notons que, en association avec Goldman Sachs, le patron d’Iliad avait tenté en 2011 de racheter Orange Suisse (finalement repris par Apax Partners).

_________

* Le nom de domaine est évidemment déjà déposé, par ISM eCompany, un registrar qui sera probablement ravi de le vendre.


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous Free ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur