Free passe au VDSL2

Réseaux
vdsl (crédit photo © Matthias Pahl - shutterstock)

Free se lance à son tour dans les expérimentations autour du VDSL2 et ouvre le très haut débit à ses abonnés Freebox Révolution de Gironde et Dordogne.

Free était resté silencieux sur le sujet jusqu’à présent. L’opérateur filiale d’Iliad vient d’officialiser le support du VDSL2 sur son réseau fixe.

Free annonce donc qu’à compter de ce jour, vendredi 7 juin, les abonnés de l’offre Freebox Revolution situés dans en Dordogne et en Gironde bénéficient du VDSL2 sans avoir à changer d’équipement et cela sans surcoût. Une opération transparente pour eux qui nécessitera juste, probablement, un redémarrage de la box.

Abonnés pilotes

Il faut en revanche qu’ils soient reliés à un NRA (noeud de raccordement abonnés), soit leur central téléphonique, mis à niveau pour supporter le très haut débit sur paire de cuivre. Près de 80 sont déjà à jour. Les autres NRA des départements pilotes le seront « dans les prochains jours » annonce l’opérateur qui élargira l’innovation technologique sur l’ensemble des zones dégroupées du pays, dès que le régulateur donnera son feu vert.

La Dordogne et la Gironde s’inscrivent effectivement comme les départements pilotes pour les tests grandeur réelle du VDSL2 autorisés par l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Ces tests, visant à permettre aux opérateurs alternatifs de vérifier la compatibilité de leur solution avec l’infrastructure d’Orange (ex-France Télécom), doivent durer tout l’été en vue des lancements commerciaux des offres de gros d’Orange pour l’automne (lire Le très haut débit sur paire de cuivre annoncé pour l’automne 2013).

90 Mbit/s sur paire de cuivre

Free courbe des débits VDSL2 et ADSL2Le VDSL2 permet d’augmenter considérablement les capacités de bande passante de la paire de cuivre en portant les débits à plusieurs dizaines de mégabits. Pour sa part, Free annonce 90 Mbit/s en réception pour 25 Mbit/s en émission contre 28 et 1 Mbit/s respectivement au mieux pour l’ADSL.

Il n’en reste pas moins que, à l’instar de l’ADSL, la technologie VDSL reste sensible à la distance (et aux interférences) et la qualité du signal s’estompe rapidement au-delà de 1000 mètres, environ, séparant la prise téléphonique de son central d’interconnexion (voire schéma ci contre). De fait, le VDSL2 ne bénéficiera pleinement (plus de 30 Mbit/s) qu’à 6% des 14 millions de lignes téléphoniques en France. Dans ce cadre, la technologie cuivre est donc loin de pouvoir prétendre remplacer la fibre optique. Laquelle trace déjà sa route vers le gigabit/s.

crédit photo © Matthias Pahl – shutterstock


Voir aussi

Quiz Silicon.fr – Connaissez-vous Free ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur