Free ralentit sur la fibre

Réseaux

Free réduirait ses investissements dans le déploiement de la fibre optique à domicile préférant se concentrer sur les logements éligibles.

Free abandonnerait-il le terrain de la fibre optique dans les immeubles à ses concurrents ? Free se serait en effet désengagé de plusieurs projets FTTH (la fibre à domicile). Et les 592 000 logements visés en septembre 2011 sont aujourd’hui réduits à 265 000, rapporte notre confrère ZDnet.fr. Dans le même temps, Orange et SFR multiplient les initiatives, notamment à travers un accord de mutualisation et de partage des investissements visant à fibrer 10 millions de logements.

Mais, selon Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad, c’est tout le contraire. Il déclare notamment se positionner comme un des premiers investisseurs avec 160 millions d’euros en 2011. Et de préciser que, face au faible taux d’adoption des offres fibre optique en France (à peine 200 000 foyers sur les 1,47 million de prises optiques fin 2011), l’opérateur préfère se concentrer sur les logements éligibles plutôt que de chercher à conquérir de nouveaux immeubles.

Le choix de la mutualisation

Une stratégie amorcée dès octobre 2011. Free envoyait alors un courrier aux syndics avec lesquels l’opérateur avait signé un accord de convention pour dénoncer cette dernière. L’opérateur mettait en avant les délais légaux de 6 mois pour effectuer les travaux de raccordement et dont l’expiration rendait caduc l’accord, rapportait Les Echos. 62 % des immeubles sous conventions étaient alors concernés.

Free réduirait donc ses investissements, préférant probablement se concentrer sur son offre mobile. Une source anonyme rapporte ainsi à ZDNet.fr que « Free a stoppé ses déploiements [et que] les signatures avec des syndics deviennent de plus en plus rares ». Ce que confirme à sa manière Maxime Lombardini qui prèfère se concentrer sur les zones où sa société a des chances de se construire une clientèle FTTH. Pour le reste, Free s’appuiera notamment sur l’accord de mutualisation des infrastructures signé avec Orange. Mais au risque de perdre du terrain sur une technologie d’avenir. La filiale d’Iliad sera-t-elle toujours en mesure d’apporter les innovations qui ont fait sa réputation dans l’ADSL ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur