Free: Xavier Niel libéré, cède la présidence du groupe

Régulations

L’ancien président du groupe, soupçonné de proxénétisme et d’abus de bien sociaux est remplacé par Cyril Poidatz

Il fallait s’y attendre. Les ennuis judiciaires “personnels” de Xavier Niel, président d’Iliad, la maison mère de Free, ont des conséquences directes sur l’organisation du groupe.

Un peu plus d’un mois après son incarcération, ces conséquences sont désormais effectives. Le conseil d’administration d’Iliad a nommé jeudi Cyril Poidatz président du groupe et a confié la direction générale à Michael Boukobza. Pour autant, Xavier Niel, qui détient 70% d’Iliad (et qui en exclut la cession) n’est pas évincé. Dans un communiqué, le groupe indique que l’ancien président occupera les fonctions de directeur général délégué en charge de la stratégie et conserve son mandat d’administrateur. Il sera également vice-président du conseil d’administration. Xavier Niel a été mis en examen pour abus de biens sociaux et proxénétisme aggravé. Selon le parquet, Xavier Niel est soupçonné d’avoir utilisé l’argent issu de ses sociétés pour investir dans un “peep-show” à Strasbourg qui aurait servi de couverture à des activités de prostitution. Il a été libéré ce jeudi. Concernant l’affaire du “peep-show”, son avocat Me Toby souligne que “la procédure a démontré qu’il n’est jamais allé à Strasbourg, ne connaissait les gérants, ne leur a jamais téléphoné et ignorait les faits qui s’y déroulaient”. Par contre, Xavier Niel a reconnu avoir touché, en remboursement d’un prêt, 180.000 euros sur quatre ans en espèce qui proviendraient d’autres sex-shops à Paris et Strasbourg.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur