Front commun pour les puces PC et mobiles chez Intel

ComposantsMobilitéPoste de travail

Intel va fusionner ses divisions PC et mobiles au sein d’une entité baptisée Client Computer Group. Une adaptation dans un marché aux frontières de plus en plus floues.

Le fondeur de Santa Clara a annoncé que les divisions dédiées aux PC et aux terminaux mobiles ne seraient dorénavant plus séparées, mais réunies au sein d’une entité spécialement créée, Client Computer Group. Ce sont nos confrères du Wall Street Journal qui ont dévoilé les intentions d’Intel à travers un mail interne envoyé par le CEO, Brian Krzanich. Dans ce message, il explique que cette fusion interviendra en 2015.

L’argument avancé pour ce changement ? La frontière de plus en plus ténue entre les différents environnements. « Le marché se développe rapidement et il est urgent que nous réorientons nos activités pour rester en tête », assure le dirigeant. Chuck Mulloy, porte-parole de la firme, indique : « devant la disparition des frontières, la question est de savoir si nous sommes organisés pour adresser une feuille de route à l’intention du marché ». Jusqu’à présent, le catalogue d’Intel sur les processeurs dans la mobilité distingue les puces Core M (puissantes, mais énergivores) pour les PC portables et les puces Atom (basse consommation) pour les smartphones et tablettes. Les deux équipes en charge de ces familles de produit vont donc fusionner au sein de la nouvelle entité Client Computer Group qui sera dirigée par Kirk Sauger. A noter que les ingénieurs de l’activité mobile en charge des modems intégreront un nouveau groupe de R&D dédié aux technologies sans fil.

Cette annonce intervient alors qu’Intel a du mal à concrétiser ses efforts dans la mobilité. Pour mémoire, le fondeur affichait une perte de 1 milliard de dollars sur la période estivale, dans la lignée d’un 2e trimestre décevant. La concurrence des puces ARM est très forte sur le marché des smartphones et des tablettes. A l’inverse, le business PC reste solide, avec 9,19 milliards de chiffre d’affaires et un bénéfice net de 4,12 milliards sur la période juillet-septembre 2014. Avec cette réorganisation, il sera donc plus difficile de cerner les progrès d’Intel dans la mobilité depuis ses résultats financiers.

A lire aussi :
Intel veut sécuriser le paiement par carte bancaire
Intel investit en Chine… pour mieux y vendre ses puces mobiles


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur