Fujitsu monte sa société de conseil en transformation numérique

Nom : Ridgelinez. Nature : société de conseil en transformation numérique. Maison mère : Fujitsu.

toshiya-imaiLe groupe japonais a récemment créé cette spin-off dont l’activité commerciale démarrera le 1er avril 2020. Toshiya Imai (ci-contre) en prendra les rênes. Ancien de SAP, il travaille actuellement pour Strategy&, entité rattachée à PwC.

Le périmètre d’action de Ridgelinez n’a pas encore fait l’objet d’une communication officielle. Mais l’objectif est affirmé : accompagner le repositionnement de Fujitsu autour de la notion d’« expérience numérique » (« DX company »).

Cette stratégie implique d’autres changements structurels parmi lesquels :

  • Suppression d’un poste au premier niveau hiérarchique (supervision des fonctions corporatives)
  • Au Japon, révision de l’organigramme dans l’optique d’aligner les équipes de commerciaux et d’ingénieurs sous le prisme des services
  • Gouvernance unifié pour les autres zones géographiques

Fujitsu a présenté ces démarches parallèlement à l’annonce de ses résultats trimestriels.

Le chiffre d’affaires dégagé sur les 9 premiers mois de l’exercice fiscal 2019 (à achever le 31 mars prochain) avoisine les 23 milliards d’euros*. Soit une baisse de 2,1 % par rapport à la même période sur l’exercice précédent – lui-même déjà marqué par un recul des revenus.

Le résultat net, en revanche, affiche une nette croissance : + 73,1 %, à environ 820 millions d’euros.

La réduction des coûts (- 10 % pour l’ensemble ventes + frais généraux et administratifs) n’y est pas étrangère. La progression notable de l’activité « Services » au Japon (+ 14,8 % de C. A.) non plus.

L’une et l’autre contribuent à compenser la restructuration de l’activité hardware (« Device Solutions »). Un chantier marqué en 2018 par la cession des PC Fujitsu à Lenovo dans le cadre d’une joint-venture.

fujitsu-resultats-3qfy2019

* Au taux du 4 février 2020 à 14 h : 1 yen = 0,0083 euro

Photo d’illustration (bureaux de Munich) © Fujitsu