Fujitsu, ravivé, pousse ses services managés, PRA et 'cloud'

Réseaux

Mettant à profit son indépendance de Siemens, Fujitsu concrétise et complète son offre de services managés, y compris le stockage de données – en mode ‘cloud’ à la carte

Augsburg.- Entre Ulm et Munich, se dresse cette cité médiévale devenue, depuis quelques mois, une seconde capitale – occidentale – pour le géant japonais Fujitsu.

fujitsu_augsburg_assemblage_.jpg

Depuis sa séparation de Siemens, le groupe nippon n’a rien renié de ses attaches européennes, ici. Au contraire. La zone d’activité de Haustetten ne cesse de grouiller, affichant en maints endroits le logo rouge chapeauté des deux petits cercles qui évoqueront toujours l’ancienne attache avec Siemens (depuis les années 30…).

Là, nous explique-t-on, de nouveaux locaux ont dû être édifiés en quelques semaines afin d’accueillir et regrouper les personnels venant d’autres sites. En face, se cache l’une des plus grandes salles ‘anéchoïques’ (anechoic chamber) au monde, qui permet de tester les rayonnements électro-magnétiques des composants, afin d’en vérifier la conformité avec les réglementations existantes partout dans le monde.

fujitsu_augsburg_montage_.jpg

Car le site d’Augsburg (1.850 personnes) continue, plus que jamais, de concevoir (R&D mondial) et d’assembler des PC, des serveurs et des unités de stockage “de tous formats et pour tous les cahiers des charges imaginables et durables” -avec une capacité de 15.000 cartes-mères par jour.

Sans vouloir trop commenter les relations avec Sun (Oracle… désormais ; cf notre article Sun_et_Fujitsu_mettent_à_jour_leur_serveur_Sparc_m3000 ), c’est ici que le groupe a choisi de détailler et commenter ses récentes annonces concernant son offre de services managés, reposant notamment sur de nouvelles ‘appliances’, telles les Eternus CS 800, proposées en contrat. ‘Iaas‘ ou ‘PaaS‘ (Infrastructure, Platform as a service).

fujitsu_augsburg_cartemere.jpg

La direction de Fujitsu, représentée par André Kiehne, VP Services, en profite pour souligner qu’elle doute des solutions de ‘cloud‘ public, à la mode Amazon (“problème évident de sécurité sur les données“). On préfère parler ici de “stratégie de coûts variables” et de “services managés“.

Les leçons d’une enquête

D’une enquête auprès de ses clients, Fujitsu a retenu qu’ils mettent la priorité sur la sécurité des data, puis l’impression et le réseau – côté infra -, et sur les applis SAP, le PLM, la gestion des ID, le ‘supercalcul’ technique et les systèmes ‘shop floor‘ -côté applications.

Du coup, Fujitsu se fait un devoir de proposer toutes les différentes formes de “sourcing dont le marché a besoin, avec la souplesse nécessaire -depuis les services managés, le ‘cloud‘ privé sur site, le ‘cloud‘ privé sur et hors site du client, jusqu’au ‘trusted cloud‘ hors site (ou nuage sécurisé).

fujitsu_iaas_services_cloud.jpg

A titre indicatif (“pas plus…“), deux configurations chiffrées sont fournies:

offre “basique”: accès à un “serveur virtuel”: une unité centrale avec processeur à 2,33 GHz (extension possible à 4 CPU), 2 Go de mémoire (extensible à 24), partitionnement système jusqu’à 40 Go, et partitions data jusqu’à 500 Go, pour 195 euros/mois;

offre ‘serveur dédié’ (un RX 300), avec 2 processeurs ‘quatre-coeurs’, double socket, avec 16 Go de mémoire, partitionnement système de 2 fois 73 Go, et ‘couche’ de virtualisation, pour 650 euros/mois.

Une offre de stockage ‘RAID’, avec déduplication et réplication : Eternus CS 800 A sa gamme Eternus CS (Centric Store, modèles CS 1000 et CS 5000), Fujitsu rajoute, en entrée de gamme, l’appliance Eternus CS 800: elle supporte la connectivité Giga-Ethernet et Fibre channel; elle repose sur une architecture sécurisée RAID, capable de supporter des configurations de stockage NAS à partir de 8 tera-octets.

Fujitsu propose d’y rajouter, à la carte, des librairies de bandes VTL avec réplication automatique, asynchrone quasi-temps réel, sur un site de secours, visant le ‘middle market’ avec une capacité allant jusqu’à 30 tera-octets.

Cette offre NAS/VTL présente notamment l’avantage de supporter une solution de déduplication à la source, donc bien adaptée pour créer un commencement de service de continuité (ou PRA) avec réplication sur un site secondaire (cf. schéma ci-après).

eternuscs800replicationservices_.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur