Gartner : la voiture connectée est au coin de la rue

Mobilité

Pour le cabinet d’études Gartner, 150 millions de voitures seront connectées dans 5 ans. Une transformation profonde pour le modèle économique de l’industrie automobile.

Dans 5 ans, une large part des voitures et des camions sera connectée à Internet, selon une étude du cabinet Gartner. Ce dernier évalue à 150 millions le nombre de véhicules capables de se connecter en Wifi en 2020, 60 à 75 % d’entre eux étant aussi en mesure de consommer, créer et partager des données sur le Web.

Pour Gartner, cette mutation aura un profond impact sur le modèle économique des constructeurs automobiles qui, de simples fournisseurs de matériel, vont devenir des acteurs plus complets, tirant une partie de leurs revenus de la technologie, et en particulier des applications mobiles. Gartner prédit qu’en 2020, au moins un constructeur automobile réalisera plus de 10 % de son chiffre d’affaires grâce à des services de mobilité.

Analyse de comportement, écrans dans le pare-brise…

Pour le cabinet américain, cette transformation passe par des partenariats avec les géants du secteur que sont Apple, Google ou Samsung. Un passage obligé pour faciliter l’intégration des apps au sein des véhicules, selon Thilo Koslowski, analyste du Gartner. Et ce dernier de prédire des technologies plus innovantes que ce qui existe aujourd’hui sur les tablettes et smartphones aujourd’hui.

Selon le cabinet, 58 % des Américains et 53 % des Allemands souhaitent que les entreprises technologiques, et non les constructeurs, soient aux commandes des dispositifs technologiques intégrés aux véhicules. Probablement la conséquence du manque d’ergonomie et du déficit de fonctionnalités des systèmes actuels, conçus par les constructeurs.

Selon le cabinet d’études, les efforts de R&D de l’industrie vont se déplacer vers de nouvelles formes d’interfaces homme-machine (voix, gestes, analyse de comportement, écrans intégrés au pare-brise…). Une précédente étude du cabinet prédisait que la voiture autonome ou partiellement autonome serait la première déclinaison de la robotique que connaîtront les consommateurs. En 2030, Gartner estime qu’un quart des véhicules roulant sur les routes des pays développés auront des fonctions de ce type.

A lire aussi :
Voitures connectées : General Motors se dote d’un directeur cybersécurité
Jérôme Boyer, Continental : « Pourquoi la voiture va embarquer Ethernet »
Next Two : Renault avance sur la piste de la voiture robotisée

Crédit photo : syda production / Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur