Gemalto va produire le passeport britannique post-Brexit

ProjetsSecteur PublicSécurité

Ce contrat de 11 ans et demi pèse 260 millions de livres (300 millions d’euros) environ. Pour garantir la localisation des données personnelles et biométriques, les passeports fabriqués par Gemalto seront « personnalisés » au Royaume-Uni.

Le groupe franco-néerlandais Gemalto confirme ce lundi avoir remporté l’appel d’offres portant sur la conception et la production des passeports britanniques post-brexit. Un contrat de 11 ans et demi, et d’un montant de 260 millions de livres (300 M€) environ. Contre 400 millions de livres (460 M€) pour le contrat attribué en 2009 à De La Rue.

Les passeports, à nouveau de couleur bleue, seront délivrés dès octobre 2019. La page de données sera fabriquée à partir de polycarbonate, a indiqué Gemalto. Et le composant numérique s’appuiera sur un système d’exploitation développé et sécurisé en interne.

Il reste que le choix d’une entreprise étrangère (bientôt acquise par Thales) ne fait pas l’unanimité au Royaume-Uni. L’actuel titulaire du marché, De La Rue, a lui-même envisagé un temps de s’opposer au contrat remporté par Gemalto. Pour tenter de rassurer, le gouvernement britannique a réaffirmé la semaine dernière que le marché a bien été attribué à l’issue d’une mise en concurrence « juste, ouverte et rigoureuse ».

Gemalto, de son côté, a rappelé avoir fourni un plan « strict » de continuité des opérations. L’entreprise a également indiqué que « les passeports seront personnalisés dans le pays pour garantir que toutes les données personnelles et biométriques restent au Royaume-Uni ».

La souveraineté numérique n’est pas l’unique enjeu. Il est également économique.

Créations d’emplois

« Ce contrat renforcera la présence de Gemalto localement, où la société évolue depuis 25 ans. Il permettra aussi de créer de nouveaux postes, en complément des plus de 500 personnes que Gemalto emploie déjà au Royaume-Uni. En plus de générer des retombées économiques secondaires dans les bassins d’emploi locaux où l’entreprise opère », a déclaré le spécialiste de la sécurité numérique. 70 emplois supplémentaires seraient créés, selon Londres.

Entre le 29 mars 2019 (date de sortie effective du Royaume-Uni de l’Union européenne) et le mois d’octobre de cette même année, les passeports britanniques délivrés seront encore de couleur bordeaux. Mais ils ne porteront plus la mention « Union européenne ».

La société britannique De La Rue, qui envisageait de contester en justice le contrat remporté par Gemalto, a fait machine arrière. Elle a finalement déclaré le 18 avril « continuer à honorer son contrat actuel et aider à la transition avec le nouveau titulaire ».

Lire également :

Sécurité : Gemalto lance une carte biométrique incitant au paiement sans contact

Sécurité numérique : Thales remporte Gemalto, Atos n’insiste pas


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur