Genymobile : Android, pour les pros

LogicielsOS mobiles
Cedric Ravalec © Genymobile

La société française Genymobile s’impose rapidement comme un spécialiste du monde Android : électronique embarquée, rom cooking, applications métier, etc. Portrait.

Genymobile est une jeune société française créée début 2011. Elle est de celles dont le succès est immédiat (25 employés aujourd’hui) et – vu avec du recul – évident.

À sa tête, une équipe de dirigeants comprenant : Cédric Ravalec (PDG – Relation commerciale) que nous avons eu le plaisir de rencontrer (notre photo), Angélique Zettor (DG – Finance et marketing) et Arnaud Dupuis (Services professionnels – Technique).

Leur credo : la mobilité et l’open source. Leur positionnement : Android. Leurs offres : le classique trio conseil, ingénierie et services. Attention toutefois, car Genymobile n’est pas une agence et n’a pas pour objectif de créer des applications dédiées aux utilisateurs finaux. « Nous ne faisons pas du B2C, confirme Cédric Ravalec. Nous sommes une boite d’experts. »

Si Genymobile n’est pas une agence web ou mobile, son positionnement original en fait souvent un fournisseur de ces agences. En particulier quand ces dernières sont bloquées par des problématiques de bas niveau, nécessitant l’intervention d’experts système Android.

Du développement dans les couches basses d’Android

La société est en mesure de créer des versions personnalisées d’Android, de lui adjoindre des outils métiers, voire même de porter cet OS sur de nouvelles plates-formes. Bref, de l’adapter aux besoins des entreprises. Dans ce domaine, un seul acteur est aujourd’hui en concurrence directe avec Genymobile (à notre connaissance) : Wind River.

Parmi les clients de la société, nous trouvons des « industriels, qui veulent innover et proposer de nouveaux services ». Une stratégie qui les pousse naturellement vers Android, son interface utilisateur moderne et sa pléthore d’applications. Citons ainsi Legrand (domotique) et JCDecaux (tactile intelligent).

Les références commencent à tomber en masse : en plus de JCDecaux et Legrand, déjà cités, notons les noms d’Orange, de SFR, La Poste, Thales… L’entreprise n’est pas encore sollicitée directement par les constructeurs asiatiques de tablettes. Ces derniers s’appuyant toutefois souvent sur la mouture open source de Google, des demandes d’intervention commencent à remonter.

Côté logiciels, Genymobile souhaite volontairement ne pas monter dans des couches trop hautes. Toutefois, l’acquisition de Webtiss, devenu depuis Webtyss, permet à la société de pouvoir répondre aux demandes de développement de solutions métiers.

Notez également la création toute récente d’un centre d’expertise Android, l’implication de la société dans le projet d’émulateur AndroVM (qu’elle pilote) et sa présence au sein du PAUG (Paris Android User Group) qu’elle a cofondé (et qui a depuis été décliné dans d’autres villes de France).

Suite et fin en page deux


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur