GéoConcept G6 : moteur de cartographie de nouvelle génération

Régulations

La cartographie se démocratise. Avec des produits mûrs, le mot d’ordre n’est plus de cartographier les données, mais d’accéder à des données géographiques complexes et multiples, d’optimiser l’analyse et de partager l’information

Avec GeoConcept, nous profitons de Geoworld, ce 18 octobre, pour faire le point avec cet acteur du SIG (

Système d’Information Géographique) et pour découvrir ses nouveautés. Cartographie, géostatistiques, gestion des risques et optimisation des interventions, sectorisation commerciale et études d’implantation, reporting cartographique, optimisation de plannings, de tournées ou de collectes, suivi de flottes, gestion territoriale et développement économique, gestion de crise? Les applications de SIG sont multiples et intéressent de plus en plus l’entreprise ou le service public à la recherche de solutions pour présenter et analyser les informations géographiquement localisées. Mais elles doivent aussi faire face à une multiplication des sources, complexes et hétérogènes, bien évidemment, et à une multiplication des attentes et usages. Avec 6500 client dans 30 pays, et 200.000 utilisateurs, GeoConcept est un des principaux acteurs de ce marché, qui en revanche manque de visibilité. Ainsi, il est difficile de vérifier que l’éditeur occupe bien, comme il l’affirme, 40% du marché français sur PC. Mais à rencontrer son écosystème partenarial, on est prêt à le croire. Aujourd’hui, l’actualité n’est plus à la représentation de l’information géographique, mais bien à l’optimisation des outils pour élargir la base des utilisateurs et/ou pour améliorer en profondeur l’usage du SIG au profit de la rentabilité de l’entreprise. Ce que GeoConcept nomme la Géoptimisation. Pour cela, l’éditeur a identifié quatre secteurs où la géoptimisation peut se révéler rapidement profitable : – le géomarketing, avec les traditionnelles études marketing ; – la défense et l’urgence, pour l’optimisation de la prévention, des interventions et la gestion de crise ; – la gestion des forces mobiles, commerciales, techniques ou de distribution ; – et enfin la gestion territoriale, qui s’adresse en priorité aux services publics et aux acteurs de ce marché très friand de cartographies locales. Il faut donc replacer l’évolution de GeoConcept dans ce cadre stratégique pour apprécier le nouveau moteur de Géoptimisation G6nk (pour ‘new kernel’). En effet, ce moteur aux performances sensiblement améliorées est le socle commun de toutes les architectures et des environnements supportés par l’éditeur. Conçu en mode objets, une constante chez GeoConcept, il offre une solution compatible et qui se veut simple à s’adapter aux besoins de l’utilisateur. GeoConcept G6 bénéficie d’un nouveau moteur optimisé. Performances décuplées, il fixe de nouvelles perspectives de productivité, avec une refonte des outils d’analyses. Son système de connectivité aux ‘Datasources‘ hétérogènes ? bases de données géocentriques, bases de données traditionnelles, consolidations de données statistiques, etc. ? et sa facilité d’assembler ces sources, en fait aussi un outil de partage, une notion qui manquait aux SIG. Cette notion s’accompagne de la portabilité des applications. Il ne s’agit pas seulement de disposer d’un accès mobile à l’information, mais aussi de supporter les plates-formes du marché. Ainsi, après Windows, GeoConcept a porté ses applications sur Linux, et le fera prochainement sur Unix (AIX et HP-UX). Un portage facilité par la conception de l’application en briques objets. Pour les développeurs, GeoConcept annonce le support de .NET, en mode ouvert. L’éditeur serait-il devenu un fervent adèpte de l’open-source ? Sa stratégie en prend la forme, en tous cas, au profit de ses clients, mais aussi du développement de son écosystème. Il propose aussi un ‘gadget’ qui devrait comme c’est souvent le cas, se rendre bien utile, les widgets (affichettes). Enfin, en confirmant sa compatibilité tant verticale qu’horizontale, en affirmant sa volonté de devenir un standard pour l’intégration de la dimension géographique dans les systèmes décisionnels, mais aussi en adoptant des standards de fait, comme OGC (openGIS), GeoConcept vise la pérennité, tant pour lui même que pour ses clients. Un marché et l’un de ses principaux acteurs à suivre, donc, car le SIG n’a pas fini de nous surprendre. GeoConcept G6nk, moteur de géoptimisation de nouvelle génération

Nouveau moteur, nouveau ‘kernel’, certes, mais GeoConcept G6nk conserve d’abord sa compatibilité avec les solutions GeoConcept en place. Nous l’évoquons ci dessus, l’éditeur vise la productivité – avec des résultats de requêtes topologiques jusqu’à 30% plus rapides – mais aussi la pérennité. Pour renforcer les capacités de collecte et d’agrégation des données, GeoConcept adopte une solution inédite, les métadonnées géographiques. Il cède logiquement à la vague XML et à ses dérivées pour proposer des connecteurs universels avec une approche nouvelle de partage des données. L’interface graphique a été revue. Plus intuitive, plus visuelle, elle s’enrichie des éléments nouveaux : les widgets (affichettes) translucides et multimédia, un assistant Conseil qui en 3 étapes clés permet de créer des analyses thématiques, une fonction Drag & Drop pour le regroupement de données et l’analyse statistique, une nouvelle gestion des données dans le configurateur, qui facilite la création de dossiers grâce au regroupement des attributs par thèmes, une fiche d’information à onglets et la possibilité de générer directement des documents au format PDF. GeoConcept G6nk est proposé en version standard à 2.000 euros HT, et en version expert, avec l’accès à l’ensemble des nouvelles fonctionnalités, à 4.500 euros HT. Sans oublier que l’ouverture de l’application offre des possibilités très étendues de la faire évoluer, et donc qu’entre la formation, l’adaptation, le service et les développements d’outils répondant aux attentes de l’utilisateur, il n’y a pas de limite autre que budgétaire?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur