Global Crossing a repris les acquisitions, avec Fibernet

Régulations

L’opérateur américain, sorti de sa mise en redressement judiciaire en 2003, annonce sa première acquisition: le britannique Fibernet, qui détient des infrastructures réseaux en fibre en Grande-Bretagne et en Allemagne

Global Crossing s’est refait une santé en 3 ans et le fait clairement savoir en annonçant le rachat d’un petit opérateur européen, Fibernet (235 salariés, 106 points d’accès pour un réseau de 3.700 km).

Ce dernier fête ses 20 ans et des pertes qui perdurent. Coté en bourse à Londres depuis 1996, Fibernet a affiché une perte de 1,1 million de livres Sterling sur son premier semestre fiscal à fin février, pour un chiffre d’affaires de 23,7 millions. Mais cet opérateur britannique se redresse, lui aussi, puisqu’il avait perdu presque 2 millions sur le semestre précédent. Il compte 250 clients environ, dont la plupart appartiennent à la banque ou l’assurance (Bank of England, HSBC, Citigroup…) ou à la bourse; les autres sont des grands comptes (IBM, Nationwide Building Society…) ou des opérateurs (Telefonica) ou fournisseurs d’accès Internet (Carphone Warehouse, Pipex Communications…) Après celui de Londres en 1999, Fibernet avait remporté en 2001 le marché du réseau métropolitain de Francfort. Le principe de l’acquisition a été accepté par les actionnaires au prix de 78 pence par action, en ‘cash’ soit 50,6 millions de livres Sterling (96 millions d’euros). L’achat est réalisé par l’intermédiaire d’une filiale, Global Crossing Acquisitions, spécifiquement créée pour la circonstance. Pour Global Crossing, c’est une bonne opportunité, celle de mettre la main sur un réseau de fibre optique opérationnel sur deux grands marchés européens, avec notamment l’interconnexion entre quelques grandes métropoles dont Londres et Francfort.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur