Pour gérer vos consentements :

Google rejette en bloc les accusations de la Commission européenne

Kent Walker, vice-président senior et conseiller juridique de Google, répond à la Commission européenne, qui enquête actuellement sur la firme. Son billet, intitulé « améliorer la qualité n’est pas anticoncurrentiel » est, sans surprise, un plaidoyer en faveur de Google Shopping.

Premier argument, Google Search se doit de proposer des liens vers des offres commerciales, afin de répondre aux demandes des internautes cherchant à acquérir un bien. De quoi justifier la présence d’un comparateur de prix associé au moteur de recherche, assure le représentant de la firme.

« Nous n’avons jamais compromis la qualité ou la pertinence des informations que nous avons affichées. Au contraire, nous l’avons améliorée. Ce n’est pas « favoriser », c’est écouter nos clients, » explique Kent Walker. Par client, la firme entend-elle les internautes, où les boutiques qui payent pour voir leurs produits référencés dans le comparateur de prix de Google ?

Abus de position dominante ?

Autre justification avancée par le géant du net, la firme n’est pas seule sur le marché. Il n’y aurait donc pas d’abus de position de monopole. Ainsi, en Allemagne, 1/3 des consommateurs se rendent sur Amazon, contre 14,3 % sur Google Shopping et 6,7 % sur d’autres sites de comparaison de prix.

Cet argument est toutefois biaisé. La question n’est pas de savoir si les utilisateurs se rendent sur Google Shopping ou Amazon pour acheter leurs biens, mais si leur passage sur Google Search les poussera par la suite à aller sur Google Shopping ou Amazon. Une nuance de taille.

Peu importe que Google Shopping ait 99 % ou 1 % de parts de marché. Le monopole – et son possible abus – considéré ici est celui de Google Search.

À demi-mot, la firme donne même raison à la Commission européenne, en indiquant que son comparateur de prix est plus de 2 fois plus utilisé que les solutions concurrentes (hors plates-formes de vente en ligne).

À lire aussi :
Résultats : en bonne santé, Google lance un plan de rachat d’actions
Amazon et Google lancés dans la course aux 1000 $ par action
Google : Do the Right Thing, Big Brother

Crédit photo : © Ugis Riba – Sutterstock

Recent Posts

La Suite Numérique : les errements d’un projet d’État

La Cour des comptes pointe les résultats insuffisants de La Suite Numérique (ex-SNAP) et évoque…

43 minutes ago

Apple Pay : l’UE valide l’ouverture à la concurrence sur les iPhone

La Commission européenne approuve la proposition d’Apple permettant à des concurrents de proposer des solutions…

4 heures ago

Que d’eau ! Les engagements d’AWS pour en économiser

AWS entend devenir « water-positive » pour 2030. Que recouvre cet objectif ?

1 jour ago

PC : le marché renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Après sept trimestres consécutifs de baisse, le marché mondial des PC traditionnels affiche un rebond…

1 jour ago

Le CISPE et Microsoft trouvent un accord : et maintenant ?

Le CISPE s'est engagé à retirer sa plainte contre Microsoft. Quelle monnaie d'échange le groupe…

1 jour ago

Silo AI, une nouvelle prise pour AMD dans le vivier européen de l’IA

Après avoir acquis Mipsology en France, AMD s'empare de Silo AI, tête de pont de…

1 jour ago