Pour gérer vos consentements :
Categories: Réseaux

Google App Inventor ou comment devenir développeur pour l’Android Market

N’est pas développeur qui veut… quoique. Au contraire d’Apple, bardé de règles et de conditions, Google ouvre les portes de l’Android Market au commun des mortels. Mission pour l’été ; proposer des applications via l’interface web de l’App Inventor, le logiciel de création mis en place ici par Google. Une information que nous devons à nos confrères du New York Times.

De plus en plus, les smartphones deviennent les « ordinateurs des gens » qui doivent donc être capables « de créer des applications par eux-mêmes ». Ils deviennent ainsi des « créateurs» et non plus seulement des « consommateurs», selon les termes de Harold Abelson, chercheur en informatique à l’Institut de Technologie du Massachusetts et meneur du projet pour la firme de Mountain View.

Une seule crainte : la déferlante d’applications médiocres au sein de l’Android Market

Faire ses applications depuis l’App Inventor, tel est donc l’ordre de mission depuis ce 12 juillet. Mais attention, qui dit application, ne dit pas forcément jeux. Google précise que l’on peut aussi «informer et éduquer » grâce aux applications. Il cite ainsi : « une app quiz » destinée aux étudiants. Jeu de questions réponses qui peut inclure une option questions posées à voix haute, l’application participerait de l’éducation des étudiants, des scolaires… comme lors du test de l’App Inventor auprès de jeunes gens, relate le NYT.

Didactique, le site permet de se mettre en relation avec d’autres développeurs en herbe et propose une série de questions réponses pour ceux qui seraient en difficulté. Globalement, la création « ne devrait pas être sorcier », sans être pour autant « un jeu d’enfant ».

Au menu de la création d’applications, un fichier utilisateur, un nom de code pour le projet et c’est parti. Dans l’interface web, le développeur sélectionne les éléments constitutifs de son application (boutons, sons, menus déroulants, icônes…). Il organise aussi le graphisme, les couleurs… Une fois l’application réalisée, le développeur peut l’exporter localement ou directement sur son smartphone.

Seule petite ombre au tableau, les craintes des utilisateurs de voir quantités d’applications médiocres prendre d’assaut l’Android Market. Reste à savoir comment Google va gérer l’afflux d’applications.

Recent Posts

Noyau Linux : Rust fusionné demain (ou presque)

Le support Rust for Linux pourrait être prêt pour la version 5.20 du noyau Linux,…

2 jours ago

Cloud et sécurité : les référentiels-clés selon le Clusif

Le Clusif a listé 23 référentiels pour traiter le sujet de la sécurité dans le…

2 jours ago

Tech : une équité salariale contrariée

Malgré des avancées, la diversification des embauches et l'équité salariale progressent lentement dans les technologies…

3 jours ago

Assurance cyber : le marché français en 9 chiffres

Primes, capacités, franchises, indemnisations... Coup de projecteur sur quelques aspects du marché français de l'assurance…

3 jours ago

CodeWhisperer : AWS a aussi son « IA qui code »

Dans la lignée du passage de GitHub Copilot en phase commerciale, CodeWhisperer, son concurrent made…

3 jours ago

Zscaler met plus d’intelligence dans la sécurité Zero Trust

Zscaler renforce les capacités d'intelligence artificielle de sa plateforme de sécurité Zero Trust Exchange, de…

3 jours ago