Google Cloud rejoint AWS et Microsoft sur l’autoscaling planifié

CloudIAAS

Compute Engine inclut désormais une option de planification des mises à l’échelle. Google Cloud emboîte le pas à Microsoft et à AWS.

À son tour, Google Cloud propose une option de mise à l’échelle planifiée. Applicable aux groupes d’instances gérés (MIG) sur Compute Engine, elle vient en compléter trois autres formes d’autoscaling basées sur :

  • L’utilisation du CPU
  • La capacité de diffusion d’un équilibreur de charge HTTP(S) externe
  • Les métriques Cloud Monitoring

L’option de planification implique de définir le nombre minimal d’instances de VM requises, l’heure de début, la durée et l’éventuelle récurrence. On s’assurera au préalable que les MIG concernés comportent au moins un autre type de règle de mise à l’échelle.

Google Cloud autoscaling planifié

L’approche est comparable sur Amazon EC2. Mais au-delà du nombre minimal de VM, on peut spécifier un nombre maximal et une quantité désirée. Amazon propose par ailleurs une option que Google Cloud n’a pas : enclencher l’autoscaling passé un seuil de messages en file d’attente (sur le service SQS). Microsoft offre également cette possibilité sur Azure, en complément à la mise à l’échelle planifiée ou axée sur des métriques collectées à l’exécution.

Illustration principale © chesky – Fotolia

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT