Google Desktop Search s’annonce en version 3

Régulations

Le moteur de recherche annonce une nouvelle version de son logiciel de recherche sur le disque dur, plus tournée vers le partage en ligne

Google persiste et signe dans sa stratégie d’intégrer les disques durs dans la recherche en ligne. Google Desktop Search 3 est désormais disponible dans une version beta.

Les moteurs de recherche se livrent une guerre source pour porter leurs services en local, sur les disques durs de l’internaute. Qu’il s’agisse de Google, de Yahoo ou de Microsoft MSN, pour ne citer que les principaux, chacun propose son moteur de recherche local. Mais Google semble vouloir prendre un temps d’avance, avec un Google Desktop Search 3 qui adopte de plus en plus de fonctionnalités dérivées des systèmes d’exploitation. L’objectif est très clairement d’apporter une alternative aux solutions propriétaires de Microsoft ! Ainsi, la version 3 se dote d’une évolution de la ‘Sidebar’ avec un système d’échange social qui permet de suivre en temps réel les données personnelles, mais surtout apporte une nouvelle dimension avec la possibilité de partager en ligne des données, comme des photos ou même des documents. La sécurité a été renforcée, avec désormais la possibilité de se protéger avec un mot de passe. Se même que l’intégration dans Google Talk et Gmail Chat. Et Google Desktop Search 3 peut rechercher sur plusieurs postes PC en réseau, la mise à jour de l’indexation étant automatique sur chaque poste. Dernière évolution sensible de cette version 3, l’ouverture vers la communauté des développeurs indépendants. Ainsi chacun pourra créer sa mini application, qui viendra alimenter les panneaux d’information proposés par Google Desktop Search. On retrouve ici le système des ‘applets’ adopté par des éditeurs comme Apple sur Mac OS, Yahoo avec les ‘widgets’, ou encore Windows Vista avec les ‘gadgets’. Google Desktop Search est cependant encore loin d’être exempte de critiques? Ses détracteurs craignent en particulier de voir les données d’indexation de leurs disques durs stockées sur les serveurs du moteur, car le principe de Google Desktop Search est d’indexer le contenu du disque dur en liaison avec le moteur de recherche afin d’élargir les résultats qui peuvent être fournis en local ou sur le Web à la requête de l’utilisateur. L’autre danger provient de l’inconscience de la majorité des utilisateurs. Le disque dur de leur ordinateur renferme souvent de très gros volumes d’informations dont ils ignorent souvent l’existence, qui sont normalement stockés temporairement lorsque certaines actions sont menées, mais qui pourtant prennent l’allure de données conservées définitivement. Et accessibles à Google Desktop Search, tout comme à ses concurrents ! C’est pour cela que Google propose une version dite ‘entreprise’ de Google Desktop Search, accessible aux administrateurs réseau, et qui permet en particulier d’exclure le partage de documents, et même la recherche en local sur l’ordinateur. L’adjonction d’outils dits sociaux à la recherche en ligne reste cependant un sujet de polémique, et présente un sérieux danger pour la confidentialité des données de l’internaute, comme de l’utilisateur du PC. Ces outils ont encore été relativement épargnés par les hackers, mais il est à craindre que lorsqu’ils se réveilleront, le retour de bâton se fera particulièrement douloureux?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur