Google est poursuivi pour pratiques abusives

Régulations

Une ‘class action’ a été engagée par un groupe d’annonceurs américains contre Google, pour avoir laissé dépasser les limites journalières d’annonces fixées par le client. Les plaintes de ce type se multiplient !

La légèreté ‘volontaire’ de Google sur certaines pratiques commence à peser sur le moteur de recherche – à l’image du ‘laisser faire’ sur ses index consistant à ne réagir qu’après coup pour supprimer du contenu pourtant interdit.

Les outils publicitaires, qu’il s’agisse de Google AdWords (liens sponsorisés proposés en parallèle aux résultats organiques du moteur) ou de Google AdSense (liens contextuels et rémunérés au clic qui s’affichent sur des sites partenaires), ne sont pas exempts de dérives. Ainsi, Google est poursuivi pour des pratiques de fraude au clic: il lui est reproché de ne pas intervenir suffisamment rapidement lorsque des sites détournés mettent en place des outils automatisés qui cliquent artificiellement sur des liens afin de générer artificiellement des clics payants. Certains annonceurs mettent en cause l’attitude de Google, qui tire profit de ces dérives puisqu’il encaisse au clic. L’absence de contrôles ‘visibles’, le manque de réactivité lorsqu’un annonceur s’estime victime d’une fraude, sont pointées du doigt. Ces pratiques font d’ailleurs l’objet de procédures judiciaires actuellement. Mais si généralement ces dérives prennent leur source à l’extérieur de Google, même si ce dernier en profite, c’est aujourd’hui le moteur qui est mis en cause par une action en nom collectif déposée devant une cour supérieure de Santa Clara. Réunis par le cabinet CLRB Hanson Industries LLC, plusieurs annonceurs accusent Google de ne pas respecter les engagements contractuels qui le lient à ces derniers. En effet, le système d’offres de Google permet de limiter les volumes d’annonces journalières, c’est-à-dire le nombre d’affichage d’un lien publicitaire. Pour l’annonceur qui s’engage sur un prix d’enchère au mot clé, c’est une garantie de budget qui lui permet d’éviter de dépasser son engagement de trésorerie. Seulement voilà, Google ne respecterait pas ces limites quotidiennes ! Avec pour conséquence d’entraîner des dépassements budgétaires. Et parfois indirectement de ne pouvoir respecter des stratégies marketing, les annonceurs n’hésitant pas à partager et équilibrer certaines campagnes entre différents mots clés. Google va devoir s’expliquer devant la justice américaine. Un porte-parole du groupe a déjà indiqué à Reuters que “Les plaintes ne sont pas justifiées et nous allons nous défendre vigoureusement“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur