Google ferme des ‘social communities’ d’Orkut

Régulations

Orkut, service de ‘social networking’ de Google, a fermé à la demande du gouvernement brésilien des communautés dont le contenu faisait la promotion du crime et de la violence

Le phénomène du ‘

social networking‘ s’accompagne inévitablement de dérives. C’est pourquoi les éditeurs de ces services restent attentifs et réagissent rapidement à la demande des gouvernants. A l’exemple d’Orkut, le service de ‘social networking‘ de Google, qui à la demande du gouvernement brésilien a interdit l’accès à plusieurs communautés sur le motif de “contenu illégal et non autorisé.” “Google ne ferme pas les yeux sur les communautés qui préconisent la violence et menacent les droits de l’homme“, a déclaré Nicole Wong, juriste chez le moteur de recherche. Orkut est stratégique pour Google au Brésil, où le service est fréquenté par 8 millions d’adhérents à des communautés, soit un quart de la population d’internautes du pays. Dans cette affaire, Google a collaboré avec les autorités brésiliennes. Il ne s’est pas contenté de mettre fin à six communautés Orkut, il a aidé la police à identifier les personnes qui ont posté des contributions aux pages incriminées. L’accord signé avec Google prévoit un accès à l’information contenue sur Orkut pour les six prochains mois, afin de permettre aux autorités judiciaires du Brésil de mettre les procédures en place. Les affaires s’appuyant sur une participation active des éditeurs et fournisseurs d’accès ou de services Internet avec les autorités judiciaires ou politiques locales se multiplient, et pas seulement en Chine. Sans juger de l’affaire brésilienne, peu importe le respect des droits de l’homme et le libre accès à l’information, seules la rentabilité et les parts de marchés des géants de l’Internet importent?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur