Google Gbuy, ou l’arme ultime anti-PayPal ?

Régulations

Ça va saigner sur l’autel de l’e-commerce?

La plate-forme de paiement en ligne pour l’instant dénommée

Gbuy devrait être disponible à partir du 28 juin. Et les analystes du groupe RBC Capital Market, dans un article publié par Forbes affichent leur confiance dans le futur système. Et il y a de quoi… Car une rumeur circule à haut débit sur la Toile. Selon cette dernière, le géant américain pourrait procéder à la labelisation via son système de “adwords” des sites utilisant ce système. Qui plus est, ce nouveau service va permettre à Google de se construire une solide base de données sur l’e-commerce et les habitudes de consommation des internautes et offrir ainsi des résultats de recherches encore plus précis. Plusieurs scénarios sont envisageables. “Si Gbuy est une réussite, la précision de ce e-marketing serait révolutionnaire” indique Jordan Rohan analyste pour RBC. Sur sa page principale de résultats, le moteur de recherche présentera l’ensemble des revendeurs disposant du label de confiance Gbuy. Si le consommateur prend l’habitude de ce système et qu’il en est satisfait, cela risque de doper encore un peu plus le pourcentage de clic du groupe de Mountain View. Et tailler des croupières à PayPal, la pépite d’eBay. Bien entendu les observateurs du marché s’attendent à une réplique de Paypal et des autres sites marchands. D’autant qu’il n’est pas impossible que le groupe facture ce service comme un lien sponsorisé, une idée qui ne plaira pas à tout le monde. Rappelons que l’algorithme de référencement de Google repose sur le pourcentage de clic par pages, du coup, cela va favoriser “les boutiques Gbuy”. D’ailleurs, la réplique d’Ebay n’a pas tardé. Le site d’enchères va lancer dans les prochains jours une offre de liens sponsorisés contextuels “eBay AdContext”. Qui à l’instar de Google aurait pour ambition de faire la promotion des offres présentes sur le site. Gbuy va sans aucun doute être un concurrent direct de Paypal. Pour Jordan Rohan il ne fait pas de doute que “durant la période de démonstration du logiciel bêta, Google ne va pas faire payer ce service. Mais passé ce délai de mise à l’épreuve, Google va réclamer entre 1.5% et 2%, de la transaction soit un peu moins que Paypal”. Dans tous les cas, ce projet du trublion du 3W va encore augmenter la tension entre les deux mastodontes .


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur