Google injecte 100 millions de dollars dans les start-up en Europe

Régulations

La structure Google Ventures s’intéresse de plus en plus aux vieux continent et en particulier à son écosystème de start-up. Le fonds prévoit d’investir 100 millions de dollars.

Google Ventures compte consacrer une enveloppe de 100 millions de dollars pour soutenir le développement de start-up en Europe. Bill Maris, Managing Partner au sein du fonds institutionnel du groupe Internet, l’a officialisé dans une contribution blog en date du 9 juillet.

« Afin d’accompagner la prochaine génération d’entrepreneurs européens, Google lance un nouveau véhicule d’investissement doté de 100 millions de dollars pour le démarrage. Notre objectif est simple : nous voulons investir dans les meilleures idées en provenance des meilleurs entrepreneurs européens et les aider à concrétiser leurs idées. »

C’est une bonne nouvelle que Google s’implique dans l’écosystème de start-up en Europe, selon nos confrères d’ITespresso. « Un énorme potentiel », estime Bill Maris qui cite des places qui comptent comme Londres, Paris et Berlin et des compagnies qui montent comme SoundCloud, Spotify et Supercell.  Le fonds dispose d’un bureau à Londres.

Une montée en puissance du financement des start-ups

Depuis sa création en 2009, Google Ventures a investi dans 250 start-ups dans le monde. Et parfois son implication prend des proportions gigantesques : c’est le cas avec Uber par exemple (258 millions de dollars injectés dans le service VTC d’origine californienne l’an passé).

Fin 2012, Bill Maris avait précisé les règles d’investissement de Google Ventures sur l’année 2013. Avec une capacité d’investissement de 300 millions de dollars, le fonds avait vocation à injecter 250 000 dollars maximum à chaque tour de table. Pour les projets les plus intéressants, l’investissement pouvait monter jusqu’à 10 millions de dollars.

Parallèlement, en 2013, Google a lancé le fonds de capital-développement Google Capital l’an passé en suivant des sociétés comme LendingClub (plateforme de prêts entre particulier, créé par le Français Renaud Laplanche qui vit aux États-Unis).

A lire aussi :

La croissance des start-ups françaises dopée par l’international

8 start-up françaises en immersion dans la Silicon Valley

crédit photo © nito – shutterstock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur