Pour gérer vos consentements :

Google lance la commercialisation de Container Engine

Google vient d’annoncer la disponibilité commerciale de Container Engine, son service de gestion et orchestration de containers Docker sur sa plate-forme Cloud. Cela signifie que l’entreprise de Mountain View garantit la disponibilité du service (SLA) à hauteur de 99,95%. « Container Engine vous facilite la mise en place d’un cluster de conteneurs et la gestion de votre application sans sacrifier la flexibilité de l’infrastructure », souligne Google. Lequel déclare l’avoir suffisamment éprouvé pour ses propres services, dont la recherche et Gmail, en déployant pas moins de 2 millions d’instances de conteneurs par semaine sur l’ensemble de ses datacenters.

Container Engine s’appuie sur Kubernetes, l’outil maison qui permet le déploiement des conteneurs sur un lot de machines, leur réplication et la surveillance de leur fonctionnement. Kubernetes a reçu de nombreux soutiens de l’industrie auprès de Docker, IBM, Red Hat ou encore Microsoft. En juillet, Google a présenté la version 1.0 de Kubernetes pour la verser à la Cloud Native Computing Foundation (CNCF), une initiative de la Fondation Linux visant à assurer la bonne exécution des applications dans des environnements Cloud.

Quelques clics pour créer un cluster

Selon le fournisseur de services Cloud, Container Engine permet de créer et gérer un cluster prêt à accueillir le déploiement d’un container en quelques clics. La gestion de la disponibilité du cluster ou de la mise à jour des logiciels étant assurée par les ingénieurs de la firme californienne. Il suffit à l’utilisateur de déclarer ses besoins, comme la puissance de calcul CPU, la quantité de mémoire nécessaire, ou le nombre de répliques et règles de fonctionnement. Le service se charge alors de surveiller le (bon) fonctionnement du cluster. Les développeurs peuvent également s’appuyer sur le Container Registry (annuaire de conteneurs) de Google pour stocker et accéder à des images privées de Docker et dimensionner leur cluster en conséquence. Le système autorise également les déploiements hybrides à partir du service Compute Engine VPN de Mountain View pour relier le réseau de l’entreprise à la plate-forme Cloud.

[Lire notre dossier : Docker, déjà bon pour le service]

Dans sa version basique, Container Engine est gratuit jusqu’à 5 machines virtuelles (au-delà du coût des instances de Compute Engine). Au-delà, les prix démarrent à 0,015 dollars de l’heure par VM. Avec un début de facturation programmée pour le 1er novembre prochain.


Lire également
Les conteneurs Docker s’insinuent dans Windows Server
Oracle va faire une place à Docker dans Solaris
Silicon Valley Tour – Containers et Big Data restent des technologies incontournables

Crédit photo : Egorov Artem / Shutterstock

Recent Posts

Guardia Cybersecurity School prépare sa rentrée avec CGI

Guardia CS, nouvel acteur sur le marché de la formation cyber post-bac en France, ajoute…

3 heures ago

Apple répond à l’épisode Pegasus avec un « mode isolement »

Apple intègre à la bêta d'iOS un « mode isolement » optionnel qui restreint les…

4 heures ago

IBM acquiert Databand.ai : de la data quality à l’observabilité des données ?

Data quality ou « observabilité des données » ? IBM préfère le second terme pour…

6 heures ago

Cybersécurité : la Cnil met les collectivités face à leurs responsabilités

La Cnil adresse une forme de rappel à l'ordre aux collectivités territoriales en matière de…

7 heures ago

Bug Bounty : le Pentagone s’offre (encore) les services de hackers

Six ans après son premier bug bounty, le Département de la défense des Etats-Unis lance…

22 heures ago

Typosquatting de dépendances : gare à cette pratique résiduelle

Des chercheurs attirent l'attention sur une campagne de diffusion de code malveillant par l'intermédiaire de…

1 jour ago