Google lance un programme expérimental de rachat de brevets

ProjetsRégulations

Pour piéger les « patent trolls », Google propose aux détenteurs de brevets enregistrés aux États-Unis de lui vendre leurs actifs par le biais d’une plateforme maison. Un processus simple et rapide, assure Mountain View.

Avec le programme Patent Purchase Promotion, Google s’organise pour pallier les déficiences du système américain de brevets trop souvent détourné par les « patent trolls », ces organisations pour qui l’exploitation de brevets (de la concession de licences à l’action en justice) constitue la principale activité lucrative. La firme de Mountain View va donc ouvrir une plateforme expérimentale qui permettra aux détenteurs de proposer à la vente leurs brevets enregistrés aux États-Unis.

Google contourne les trolls de brevets

Le vendeur devra fixer son prix. L’opération aura lieu du 8 au 22 mai 2015. À l’issue du processus, chaque projet sera examiné par Google. L’entreprise américaine déterminera quels brevets seront achetés par ses soins. Les candidats seront informés de sa décision d’ici le 26 juin 2015, assure le moteur de recherche dans un billet de blog. Les heureux élus devront apporter des informations complémentaires à Google, qui prévoit de finaliser rapidement la transaction. Les vendeurs devraient être payés « d’ici la fin août », précise la société.

« En simplifiant le processus et en optant pour un délai court de présentation, nous pouvons concentrer nos efforts sur l’évaluation des actifs de brevets et obtenir rapidement des réponses des vendeurs potentiels. Espérons que cela se traduira par une meilleure expérience pour les vendeurs, et supprimera les complications liées aux trolls des brevets », explique Allen Lo, juriste en charge des brevets chez Google.

Surtout, via cette plate-forme, Mountain View peut espérer répertorier les menaces pesant sur ses développements technologiques. Et les éliminer au plus vite, avant que les produits qui en découlent aient inondé le marché. Une façon de réduire les coûts et d’éviter de futurs longs procès.

Lire aussi :

L’invasion des « trolls de brevets » se confirme

crédit photo © Dmitry Knorre – Fotolia.com

Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur