Pour gérer vos consentements :
Categories: Régulations

Google maîtrise le B.a.-Ba de la réduction d’impôts

En 2014, Google a déclaré en France un chiffre d’affaires en baisse de 3 % à 225 millions d’euros seulement, pour un bénéfice net de 12,2 millions d’euros. En conséquence, la firme n’a versé que 5 millions d’euros d’impôts sur les bénéfices à l’administration fiscale française, d’après les comptes sociaux de l’entreprise consultés par Le Figaro.

Ce montant est en baisse de 35 % par rapport aux 7,7 millions d’euros versés au fisc par Google en 2013 et en repli de 25 % par rapport aux 6,5 millions d’euros réglés en 2012. L’impôt versé en France par Google reste donc dérisoire par rapport à ce que le groupe aurait dû verser s’il avait déclaré ses revenus réels, soit près de 1,5 milliard d’euros dans l’Hexagone, selon les estimations.

Le « double irlandais » de Google

Comme d’autres multinationales, Google use de techniques d’optimisation fiscale familièrement nommées « double irlandais » ou « sandwich hollandais » pour transférer une large partie de ses profits à l’étranger et ne payer localement qu’un faible pourcentage de taxes. Les revenus de Google proviennent essentiellement de la publicité. Or Google facture depuis l’Irlande, le siège européen du groupe, les annonceurs qui utilisent sa plateforme publicitaire Google AdWords. Les recettes déclarées en France se limitent à des commissions et des prestations de conseil à l’attention de sa maison mère, à hauteur de 216 millions d’euros en 2014.

Mieux taxer les Gafa, la France y croit

L’optimisation fiscale ne constitue pas un délit, mais Google a confirmé l’an dernier être la cible d’une procédure de redressement fiscal en France. Bercy lui réclamerait jusqu’à 1 milliard d’euros. Par ailleurs, la France et d’autres pays européens tentent d’obtenir une révision des conventions internationales pour freiner l’érosion de la base d’imposition et mettre un terme au transfert artificiel de bénéfices des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) vers les pays fiscalement accueillants.

Lire aussi :

Google renforce sa R&D en Suisse… pour échapper encore au fisc ?
« Taxe Google » : le Royaume-Uni a-t-il la formule magique pour taxer les Gafa ?

crédit photo © Gil C-Shutterstock

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

2 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

2 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

2 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago