Google repousse la sortie de nouveaux smartphones Android en Chine

Sécurité

Les tensions entre Google et les autorités chinoises ne vont pas arranger les affaires des constructeurs de smartphones Android.

Le bras de fer entre Google et les autorités chinoises continuent. Du point de vue de Mountain View du moins. Google a décidé de reporter le lancement sur le territoire chinois de deux smartphones sous Android, la plate-forme mobile basée sur le noyau Linux et développé par Google. Il s’agit des téléphones fabriqués par le sud-coréen Samsung et l’américain Motorola. Ils doivent être distribué par l’opérateur local China Unicom.

Par ce geste, Google entend protester contre la censure chinoise et, surtout, contre les attaques sophistiquées dont l’entreprise se dit victime. En décembre dernier, Google constatait le piratage, depuis le sol chinois, de plusieurs comptes Gmail de militants des droits de l’Homme et de journalistes occidentaux en Chine.

Une attaque de trop pour Google qui a décidé, en conséquence, que son engagement à se plier aux règles locales sur l’information n’avait plus lieu d’être et qu’il décidait de ne plus filtrer les résultats de son moteur de recherche local. Une décision que le gouvernement risque de ne pas tolérer, provoquant ainsi l’arrêt des principales activités de Google en Chine. D’où l’hésitation à accompagner le lancement de produits sous Android à la veille d’un probable départ du pays.

Parallèlement, Google poursuit son enquête. Notamment vers les salariés de la filiale chinoise qui pourraient être complices. Selon le Wall Street Journal, Mountain View aurait décidé d’interdire l’accès de son réseau interne à plusieurs des 700 employés locaux pendant la durée de l’enquête. Cependant, le fait qu’une vingtaine d’entreprises occidentales aient également été attaquées avec des méthodes similaires, selon Google, pourrait exclure des complicités internes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur