Google optimise son offre cloud avec Talaria

Cloud

Le serveur d’applications web de Talaria optimise le code pour placer plus d’utilisateurs dans moins de boîtes.

Pour exécuter plus d’applications sur moins de machines, la start-up Talaria optimise le code PHP – et bientôt Python et Ruby -, ainsi que des applications comme Drupal et WordPress, dans le but de les rendre plus efficaces. A la manière d’un langage compilé.

Serveur web d’optimisation

Cette solution, un serveur web d’applications dynamique, repose sur un runtime JIT, une méthode de compilation ‘just-in-time‘. Elle est très proche d’un autre produit, HipHop de Facebook, qui transforme le code PHP en code C++ optimisé, avant de le compiler sous g++.

Avec Talaria, les développeurs peuvent programmer sur leur langage de prédilection, souvent des langages considérés comme plus simples – PHP, Python, Ruby – et obtenir, en les faisant tourner sur un serveur Talaria, un code optimisé qui accélère les applications. Et cela sans changer une ligne de code.

Développeur et serveurs

L’acquisition de la start-up et son intégration à Google Cloud Platforms devraient permettre au moteur de recherche de proposer aux développeurs une plateforme d’optimisation de leurs sites web et de leurs applications développées dans leurs langages de prédilection. Mais surtout rendre ces applications plus efficaces et donc de les exécuter sur moins de machines.

Rappelons que Google tourne sur environ un million de serveurs, les gains de performances apportés par Talaria devraient pouvoir se compter en millions de dollars…

Le montant de la transaction n’a pas été révélé, et ne sera pas publié (hors les comptes de Google) car les activités de Talaria sont encore en mode ‘stealth’, soit encore en phase de développement. Ses travaux n’ont pas été rendus publics.


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur