Google Video irrite

Régulations

La nouvelle initiative du géant du Net de numériser des contenus vidéo et télévisuels est plutôt mal accueillie

Après Internet, la vidéo, la recherche locale, les mails, la cartographie, les livres… Google s’attaque à la télévision! Non, le géant du Web ne compte pas lancer une chaîne de TV à la gloire de son moteur mais compte devenir une vidéothèque de programmes universelle.

Google est en train de dupliquer pour la TV son projet de bibliothèque virtuelle mondiale. On le sait, le groupe américain s’est mis dans la tête de numériser 14 millions d’ouvrages afin de créer le fond documentaire numérique le plus important de la planète. Une initiative qui a provoqué une levée de boucliers sur le thème: non à la main mise de la culture mondiale par Google (voir nos articles). Big Brother is back? Google n’a cure des réactions épidermiques des gouvernements et des ‘cultureux’. Mais cette fois, il risque de se confronter aux géants des médias, un ennemi autrement plus puissant que les politiques. Google Video est donc en route depuis plusieurs mois. Il s’agit d’un nouveau moteur capable de trouver des contenus vidéo issus par exemple de programmes TV. Mais comme le révèle le journal Libération, la méthode de Google commence à être largement critiquée: le géant stocke déjà des milliers d’heures de programmes, avant même d’en avoir les droits. Et aux Etats-Unis, on ne rigole pas avec les ayants-droits! Encore limité, le service pourrait à terme devenir une sorte de bouquet TV universel échappant au contrôle des Majors et surtout aspirant audience et revenus publicitaires. Pire, avec le nouveau système de paiement en ligne prochainement mis en place par Google (voir notre article), le moteur pourrait générer de substantiels revenus tirés de vidéos à la demande ou pour la diffusion de programmes TV. Là encore, les networks américains risquent de faire la gueule. D’autant plus que la publicité pourra également financer ce service. Google commence donc à irriter les réseaux câblés américains et les networks nationaux qui voient grandir sous leurs yeux un futur ennemi de taille.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur