Pour gérer vos consentements :

Grindr partagerait le statut VIH de ses utilisateurs

Alors que l’affaire Cambridge Analytica relative à Facebook n’en finit pas de faire des remous, on apprend maintenant que Grindr, un service de rencontres destiné aux homosexuels, partagerait les statuts VIH (virus de l’immunodéficience humaine) de ses utilisateurs avec des entreprises tierces, indique le site BuzzFeed.

C’est SINTEF qui a d’abord dévoilé le pot aux roses. L’organisation norvégienne à but non lucratif a en effet découvert que Grindr partageait une kyrielle d’informations avec des sociétés tierces. Celles-ci comprennent, entre autres, la position GPS de l’utilisateur, la « culture » gay à laquelle il s’identifie, l’appartenance ethnique, un numéro de téléphone ainsi que le statut VIH et la date du dernier test.

Une négligence condamnable

L’application Grindr, qui revendique 3,6 millions d’utilisateurs actifs par jour, partage donc toutes ces informations sensibles et hautement privées. De quoi remettre en question le sérieux avec lequel la société prend la vie privée de ses utilisateurs.

Ces informations personnelles sur les utilisateurs, dont le statut sérologique VIH et la date du dernier test, seraient partagées avec Apptimize et Localytics, deux sociétés d’optimisation d’applications tierces.

« Le statut VIH est lié à toutes les autres informations. C’est le problème principal « , estime Antoine Pultier, chercheur au SINTEF. « Je pense que cela provient de l’incompétence de certains développeurs qui envoient tout, y compris le statut VIH. »

De son côté, Grindr insiste sur le fait qu’aucune information relative aux utilisateurs n’est vendue à des organisations tierces. L’entreprise reconnait en revanche qu’elle fait appel à Apptimize et Localytics afin d’améliorer son application.

Hasard malheureux du calendrier, la société fondée en 2009 a présenté la semaine dernière une nouvelle fonctionnalité optionnelle dont la vocation est de rappeler à ses utilisateurs de se faire dépister pour le VIH tous les trois à six mois. La fonctionnalité indique aux utilisateurs l’emplacement du centre de test le plus proche.

Une nouvelle fois, on découvre que les informations relevant de la sphère privée des utilisateurs sont souvent soit exploitées de manière douteuse (affaire Cambridge Analytica), soit avec une très grande négligence.

(Crédit photo : @Grindr)

Recent Posts

Sigfox en redressement judiciaire : la chute d’une pépite qu’on voyait licorne

Une période d'observation de six mois démarre pour l'entreprise toulousaine Sigfox, en quête d'un repreneur.

14 heures ago

Salaires IT : des rémunérations à six chiffres… aux Etats-Unis

La Silicon Valley, Seattle et New York proposent les salaires Tech les plus élevés. En…

15 heures ago

Tech : comment motiver et retenir les talents

Face aux difficultés de recrutement des profils technologiques les plus recherchés du marché, la mise…

19 heures ago

Gestion des données de référence : le top 10 des fournisseurs

Qui sont les têtes d'affiche de la gestion des données de référence (MDM) et comment…

21 heures ago

Ransomware au ministère de la Justice : où en est-on ?

LockBit 2.0 a épinglé le ministère de la Justice à son tableau de chasse. À…

23 heures ago

Stéphane Boulanger, nouveau DOSI du PMU

Le PMU nomme Stéphane Boulanger au poste Directeur des Opérations et des Systèmes d'Information (DOSI).

2 jours ago