Pour gérer vos consentements :

La haine de Steve Jobs pour Flash Player enfin expliquée

Steve Jobs ne manquait pas une occasion de dire tout le mal qu’il pensait de la technologie Flash sur les mobiles. Déclaré persona non grata sur les iPhone et les iPad, Flash Player était étrillé par le patron d’Apple sur la stabilité, la sécurité et la gestion de l’autonomie des terminaux. Et la sentence était sans appel : « le monde doit maintenant abandonner Flash pour HTML5 », peut-on lire dans une tribune.

Pour autant, cette acrimonie n’avait pas, semble-t-il, pour simple origine des questions purement techniques. En effet, un ancien salarié d’Apple, Bob Burrough, a diffusé sur Twitter les propos de Steve Jobs à propos de cette affaire. Le patron de la firme de Cupertino a demandé à ses équipes de tester Flash Player en 2008 et a constaté que « l’interface utilisateur était pauvre et l’impact sur l’autonomie de la batterie était trop importante ».

Le CEO d’Adobe snobait Steve Jobs

Mais, selon Bob Burrough, la principale raison du rejet de Steve Jobs est que le CEO d’Adobe de l’époque, Shantanu Narayen, « ne voulait pas prendre ses appels ». Steve Jobs se désolait « d’avoir perdu une relation de proximité qui avait existé lors de la coopération entre Mac et Photoshop ». Sur Flash Player, « il reconnaissait que la résolution des bugs était juste une questions d’ingénierie. Mais pas sans un dialogue ouvert et constructif avec Adobe ».

Bob Burrough a choisi de divulguer cette conversation, car il a été choqué qu’à l’époque, la position de Steve Jobs ait été accueillie avec quelques railleries. « Aujourd’hui, près d’une dizaine d’années plus tard, Steve Jobs avait raison. Flash est mort et Adobe est encore un partenaire de m…de ». Sans tomber dans l’exagération de ces propos, une chose est sûre : la tendance est effectivement à bouter la technologie Flash Player hors des navigateurs. Et ce principalement pour des questions de sécurité. Un rapport paru la semaine dernière montrait que, dans le top 10 des vulnérabilités utilisées dans les kits d’attaques, 6 failles concernaient Flash Player.

A lire aussi :

Flash Player, les pirates l’adorent toujours autant
Le HTML5 pas plus sûr que le Flash pour les navigateurs

Photo credit: stevegarfield via VisualHunt / CC BY-NC-SA

Recent Posts

Blockchain : Microsoft change de braquet

L'offre managée Azure Blockchain Service va disparaître... au profit d'un successeur que Microsoft développe avec…

2 heures ago

Cloud : la stratégie nationale soumet les GAFAM à la labellisation

La France a désormais sa stratégie nationale pour le cloud. Elle n'exclut pas les fournisseurs…

3 heures ago

Cybersécurité : une offre souveraine est-elle (vraiment) possible ?

Est-il possible de sécuriser le système d'information uniquement avec des solutions "Made in France" ?…

5 heures ago

Ransomwares : la vague déferle sur fond de querelles intestines

Après l'épisode Colonial Pipeline, des déchirures se manifestent dans le milieu cybercriminel au sujet des…

8 heures ago

Violation de données : phishing et ransomware au top des menaces

Les attaques informatiques par hameçonnage et ransomwares ont augmenté respectivement de 11 et 6% l'an…

3 jours ago

IBM Think 2021 : IA à tous les étages

IBM fait le plein d'annonces solutions à l'occasion de sa conférence Think 2021. Une édition…

5 jours ago