Haswell-E : Intel dope les PC avec une puce 8 cœurs

Composants
Core-i7-EE-chip

Intel lance son premier processeur desktop à 8 cœurs, le Core i7-5960X Extreme Edition. Une offre onéreuse, réservée avant tout aux passionnés.

Intel présente le Core i7-5960X Extreme Edition, son premier processeur de bureau équipé de huit cœurs physiques, soit 16 threads avec la technologie Hyper-Threading. Il est cadencé à 3 GHz (3,5 GHz en mode Turbo). Une prouesse technologique qui préfigure des avancées à venir dans le catalogue d’Intel.

Ce processeur de la famille Haswell-E est gravé en 22 nm et comprend 2,6 milliards de transistors. Il adopte une nouvelle microarchitecture processeur, donnée pour 5 % à 10 % plus rapide que la précédente, à fréquence égale. Le contrôle de l’énergie consommée se veut également plus fin. Et il vaut mieux, car cette puce affiche un TDP de 140 W.

Afin d’alimenter correctement ce processeur en données, 20 Mo de cache de niveau 3 sont présents, ainsi qu’un contrôleur mémoire à quatre canaux, compatible avec la DDR4 à 2133 MHz (une première). La bande passante mémoire se fixe à 68 Go/s. Un record.

Les premiers tests tendent à montrer la supériorité du Core i7-5960X Extreme Edition sur la concurrence. Les puces d’AMD sont ainsi très en retrait… tout comme la plupart des composants Intel d’ailleurs.

Un prix extrême

Reste que ces performances ont un prix. Le Core i7-5960X est en effet un processeur de la gamme Extreme. Son tarif se fixe ainsi à 999 dollars, ce qui le rend financièrement peu intéressant (sauf pour les passionnés). Nous notons toutefois la possibilité d’overclocker ce composant, qui arrive visiblement à dépasser aisément les 4 GHz, avec huit cœurs actifs.

La firme présente également des puces à 6 cœurs physiques (12 logiques) épaulés par 15 Mo de mémoire cache de niveau 3. Des composants plus abordables. Deux modèles sont disponibles : le Core i7-5820K (3,3 GHz, 3,6 GHz en mode Turbo) et le Core i7-5930K (3,5 GHz, 3,7 GHz en mode Turbo), avec des tarifs respectifs de 389 dollars et 583 dollars.

Côté graphismes, si aucun GPU n’est intégré dans ces trois composants, nous notons la présence de 40 lignes PCI Express 3.0 (28 pour le Core i57-5820K). De quoi piloter jusqu’à quatre cartes graphiques simultanément.

Intel X99

La sortie de ces nouvelles puces s’accompagne de celle d’un nouveau circuit pour cartes mères, l’Intel X99. Au menu, 10 ports Sata3 à 6 Gb/s et 14 connecteurs USB (dont 6 en USB 3.0). À noter, la possibilité d’ajouter un port Thunderbolt 2, lequel propose 20 Gb/s de taux de transfert. C’est deux fois plus que le Thunderbolt et quatre fois plus que l’USB 3.0.

Reste que le lien présent entre le X99 et le processeur ne propose que 20 Gb/s de bande passante totale, ce qui limitera dans la pratique les performances du port Thunderbolt 2 lors de charges système extrêmes.

À ce jour, seules les cartes mères équipées de l’Intel X99 sont compatibles avec les nouveaux Core i7 d’Intel. De plus, ces derniers adoptent un nouveau socket, incompatible avec les anciennes cartes mères. Une (mauvaise) habitude du fondeur américain.

Sur le même thème

Intel Core M : Broadwell et 14 nm pour les fêtes de fin d’année ?
HPC : Les puces Xeon Phi d’Intel gagnent en autonomie
Intel injecte un FPGA dans ses puces Xeon pour datacenters


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur