Un début d’année contrastée pour le marché des serveurs

CloudServeurs
Serveurs (crédit photo © Sashkin - shutterstock)

La hausse du nombre de serveurs vendus sur la planète ne parvient pas à compenser la baisse des revenus. Seul Cisco tire son épingle du jeu parmi les premiers constructeurs du classement.

Le premier trimestre 2014 est à l’image de la fin 2013 pour le marché mondial des serveurs : une légère progression en volume pour un chiffre d’affaires toujours en baisse. Sur les trois premiers mois de l’année, les constructeurs ont vendu 2,36 millions de machines (+1,4%) qui ont généré 11,36 milliards de dollars (-4,1%), rapporte le cabinet Gartner.

Cisco progresse, Oracle sort

Le classement du haut du panier change peu d’un trimestre à l’autre en matière de revenus et reste dominé par les acteurs américains. HP se maintient en tête avec plus d’un quart du marché et près de 2,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires néanmoins en recul de 2,3% par rapport au 1er trimestre 2013. En seconde position, IBM semble accélérer son plongeon. A 2,24 milliards, ses revenus chutent de 25,6%. La plus importante baisse du classement. Laquelle risque de s’accentuer lorsque l’entreprise d’Armonk aura cédé ses serveurs x86 à Lenovo. Suit Dell, également en recul de 5,5% à 2 milliards de dollars alors que Cisco améliore son chiffre d’affaires de 37% à 616,6 millions de dollars. L’équipementier réseau est talonné par Fujitsu qui, à 573,8 millions, accuse une légère baisse de 1,6%. Oracle est pour sa part sorti du tableau.

Volumes en hausse… chez les Chinois

En volume, la situation est bien différente. Si HP, Dell et IBM conservent, dans l’ordre, les premières places, ils perdent sensiblement du terrain. A 534 600, les ventes de serveurs baissent de 7,9% chez HP, de 10,1% chez Dell (464 200) et de 27,8% chez IBM (166 300). A l’inverse, les chinois Huawei et Inspur Electronics cartonnent : +61 et +288,7% respectivement mais avec des volumes encore modestes de 86 000 et 81 000 machines. Jusqu’à quand ?

Mainframe et Unix tirent vers le bas

Et pour cause, ces industriels asiatiques se concentrent sur le marché des serveurs x86, le seul qui voit ses volumes augmenter (de 1,7% en volume et 2,8% en revenus) alors que les systèmes Unix (RISC/Itanium) reculent (19,9% et 16,9%) et que les mainframes tirent le secteur vers le bas avec un recul de 37,6% de son chiffre d’affaire.

Une géographie contrastée

Le marché est également contrasté géographiquement. L’Asie s’inscrit comme le moteur du secteur (+18% en volumes et +3,3% en revenus) tandis que l’Europe s’offre le paradoxe d’augmenter le chiffre d’affaires du secteur (de 2,5% à 3 milliards de dollars) tout en voyant le volume de ventes se réduire (-6,5% à 548 000 machines). Le Japon fait, lui, l’inverse : les ventes y progressent de 13,5% alors que le chiffre d’affaires décline de 9,2%. Globalement, ventes et revenus ont chutent dans toutes les autres régions du monde.

2014, une année optimiste

« Après quelques difficultés en 2013, les constructeurs seront soulagés de voir 2014 démarrer relativement bien, estime Adrian O’Connell du Gartner. La demande se stabilise mais les défis demeurent. Nous pensons que les utilisateurs resteront prudents dans leurs investissements quelques temps encore et que les migrations de plate-forme resteront un facteur stimulant. Les revenus pourraient repartir à la hausse en 2014 mais la réalité est que le marché tourne à un niveau nettement inférieur à ce qu’il était avant la récession en 2008. »

Sur le marché EMEA (Europe, Moyen Orient, Afrique), Oracle conserve sa place dans le classement en revenus mais pas en volume.
Sur le marché EMEA (Europe, Moyen Orient, Afrique), Oracle conserve sa place dans le classement en revenus mais pas en volume.

crédit photo © Sashkin – shutterstock


Lire également
HP et Foxconn s’allient pour vendre des serveurs aux fournisseurs de cloud


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur