Hélène Barrios (Cegid) : « Les grands comptes voient dans les offres SaaS une opportunité de mutualisation »

CloudGouvernanceLogiciels

La directrice générale de Cegid Public, Hélène Barrios, partage sa vision du cloud, du point de vue des grands comptes, et décrit les dangers éventuels qui pèsent sur ce modèle.

En marge du Club Partenaires de Cegid, organisé à Lyon le 20 mars dernier, Hélène Barrios, directrice générale de Cegid Public, a répondu pour nous à quelques questions touchant le monde des grands comptes.

Les grands comptes vous semblent-ils frileux face aux offres SaaS ? Si oui, pourquoi ?

Les grands comptes du secteur public voient dans les offres SaaS une opportunité de mutualisation. Nous constatons une réelle appétence qui reste encore au niveau des early-adopters. C’est pourquoi nous avons une large politique d’évangélisation sur le terrain pour que le marché évolue d’une niche vers un marché plus mature.

Pour les applications logicielles standards, la question du SaaS est systématiquement évoquée par nos ingénieurs d’affaires. Elle se pose sur plusieurs plans : la mise à disposition de l’application en mode SaaS répond-elle à un besoin des utilisateurs ? Ce mode de consommation est-il plus souple ? Enfin, le budget doit-il être consommé en investissement ou en coûts de fonctionnement ? L’analyse des réponses à ces questions permet de proposer une grille de lecture objective à des directions métiers ou informatiques attentives à ces critères bien plus qu’aux arguments technologiques.

Il ne faut pas perdre de vue aussi les enjeux de la DSI. Un projet SaaS est une opportunité pour les équipes informatiques, qui vont pouvoir se consacrer à d’autres missions, mais peut aussi être vu comme une menace. C’est aussi un risque pour la DSI d’avoir à piloter une application en SaaS et de manquer d’expérience dans la relation avec le partenaire. Dans ce cas, le niveau de risque qui pèse sur l’exploitation va rendre la DSI réticente à changer de modèle pour rester sur celui qu’elle maitrise le mieux.

Malgré ces freins, la route est déjà tracée, Cegid a pris résolument et rapidement le chemin du SaaS au risque parfois d’avoir à défricher le sujet sur les marchés qu’elle adresse.

Envisagez-vous de lancer des offres de cloud privé pour les grands comptes qui fonctionnent aujourd’hui en mode « On Premise » ?

Cette question a déjà été tranchée. Toutes les offres Cegid Public sont déjà disponibles dans les deux modes, In et Out. Dès le rapprochement avec le groupe Cegid les travaux ont immédiatement été lancés. Cegid maitrise toute la chaine de valeur de l’édition, de l’hébergement et de l’administration. Les offres à destination des collectivités publiques ont été « SaaSisées » dans un temps très court nous faisant gagner un avantage stratégique durable sur le marché et face à aux autres compétiteurs.

Les Grands EPA sont très ouverts à cette approche d’autant que le cloud privé Cegid localisé en France offre toutes les garanties de respect des règles et de sécurité. L’accord signé par Cegid avec IBM va encore renforcer notre avance dans ce domaine.

Quid de la sécurité des données et de l’impact des ACTA/SOPA/PIPA, etc. ?

Sur notre métier, nous ne sommes pas encore impactés par ces nouveaux textes qui ne concernent pas les administrations publiques françaises. Nous sommes attentifs à ce qui se passe aux USA, car souvent dans ce domaine les textes de l’État fédéral américain, même non repris en droit européen, deviennent des normes admises. Il ne fait pas de doute que la règlementation française va se renforcer comme le font les autres pays, mais n’anticipons pas la législation. On peut relever, dans ce débat, que des données hébergées sur un cloud privé sont souvent plus protégées que celles gérées à l’intérieur de l’entreprise compte tenu des moyens mis en œuvre, des contrats et des risques encourus.

Ces lois peuvent aussi être utilisées comme des barrières protectionnistes à un moment ou l’émergence du Big Data donne toute sa valeur aux données. Sur ce marché, les USA sont leader. C’est un enjeu stratégique, ils veulent protéger leurs champions.

Crédit photo : © Cegid


Voir aussi
ITespresso.fr – Sylvain Moussé (Cegid) : « Une accélération sur les offres métier en mode SaaS »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur