R&R : l’hémorragie des exécutifs continue chez VMware

Régulations

Rumeurs et Rebondissements : quatre nouveaux départs chez VMware en une semaine, la liste des exécutifs qui quittent le navire s’allonge…

Deux épisodes à notre série R&R (Rumeurs et Rebondissements) aujourd’hui (lire « R&R : Lars Dalgaard quitte SAP, victime de la guerre des cultures »), décidément le petit monde des IT nous gâte !

La liste des exécutifs qui quittent VMware s’allonge…

L’année 2012 avait été exceptionnelle en la matière avec les départs de Rod Johnson, qui avait créé SpringSource acquise par VMware ; Mark Peek (CFO), qui a rejoint Workday ; Richard McAniff (Chief Development Officer, co-président Products and Strategic) ; Peter Cooper-Ellis (VP of Engineering) rendu chez Cloudera ; Derek Collison (CTO), qui a créé Apcera ; Satyam Vaghani (Principal Engineer), co-fondateur de ProximData ; Ganesh Venkitachalam (Principal Engineer) ; Shaun Connolly (VP of Product Strategy), qui a rejoint Hortonworks ; Mark Brewer (VP of Business Operations, Cloud Application Platform) qui a intégré Typesafe ; Howie Xu (directeur de la R&D) qui s’est installé chez Big Switch Networks ; Suresh Madhu (membre senior de l’équipe technique) qui a créé Onecloud Labs.

Janvier a été marqué par le départ de Steve Herrod, le CTO, qui a rejoint General Catalyst.

Le tsunami Pivotal

Et oui, la liste est longue… et remplie de beau monde ! Mais depuis l’hémorragie semblait s’être calmée. Jusqu’à la création de Pivotal, la spin-off big data analytiques de EMC, créée par EMC (qui possède 60 % du capital) et VMware, rejoints plus récemment au capital du groupe par General Electric.

1200 ingénieurs ont basculé pour majorité de VMware vers Pivotal. Le mouvement est d’importance, mais il s’agit de migrations internes, nous n’irons pas plus loin ici et nous éviterons de les comparer à la liste qui précède.

La migration reprend…

Mais voilà qu’en une semaine quatre nouveaux départs viennent attirer notre attention :

  • Patrick Chanezon à quitté la société pour rejoindre Microsoft ;
  • Dave McCrory, Chief Developer chez Cloud Foundry (il n’a pas migré vers Pivotal ?), a rejoint Warner Brothers ;
  • Kevin Henrikson, ex-Zimbra dont il continuait de diriger la roadmap engineering et development ;
  • Javier Soltero, ex-Netscape, puis Hyperic, puis SpringSource, et responsable de la stratégie cloud, qui rejoint Redpoint.

Entre Gelsinger et la ‘mafia’

Ces vagues de départs sont trop importantes pour qu’elles soient anodines. Elles interviennent après que Paul Maritz ait cédé sa place à Pat Gelsinger en 2012, puis créé Pivotal en ce début d’année.

Y a-t-il un état de cause à effet lié à ce changement de CEO ? La question mérite d’être posée. Il y a un monde entre la personnalité bourrue d’un Paul Maritz, et le management ‘chrétien’ engagé mais sans été d’âme de Pat Gelsinger ! Pour autant cela n’explique pas tout…

De l’avis de certains observateurs, ces départs pourraient être le signe de la maturation et donc d’un certain ré-équilibrage des équipes en place. Derrick Harris, analyste auprès de GigaOM, va même jusqu’à évoquer la fin d’une certaine ‘mafia’ à la Sun Microsystems, Facebook ou PayPal.

Il apparaît également qu’une partie des départs aurait été due aux difficultés d’intégration liées à certaines acquisitions. La création de Pivotal apporterait une réponse à ces questions. Mais tous les anciens cadres de ces sociétés n’ont pas été conviés à la naissance de la nouvelle entité. Ont-ils été abandonnés en cours de route ?

L’échec humain de VMware ?

Ce qui nous surprend le plus, c’est que si les vagues de départs avaient touché EMC, le groupe qui chapeaute VMware, elles auraient pu se justifier par l’enchainement des évolutions technologiques qui inévitablement laissent du monde sur le bas côté technologique.

Mais VMware est à l’opposé de cette problématique. C’est au contraire une société qui ne cesse de développer des technologies, et n’hésite pas à acquérir celles qui lui manquent. La création de Pivotal est également une opportunité de miser sur ces hommes qui créent les technologies d’aujourd’hui et de demain. Des hommes qui pourtant quittent le navire…

De là à pointer un dysfonctionnement managérial dans la gestion de l’humain des cadres de VMware, il n’y a qu’un pas. Que nous ne franchirons pas faute d’être suffisamment proches du management de la société pour juger de ses actes. Mais la question mérite d’être posée…


Voir aussi

Silicon.fr étend son site dédié à l’emploi IT
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur