Hong Kong: l’identité des ‘pirates’ du Net devra être fournie

Régulations

A Hong Kong, on ne rigole plus avec le téléchargement illégal. Une récente décision de justice va obliger les portails Internet à dévoiler les informations personnelles des utilisateurs de logiciels de P2P

La Haute Cour vient d’ordonner à quatre portails de dévoiler l’identité de 22 personnes recherchées par sept compagnies de disques, dont des filiales des géants Sony et Warner, pour téléchargement illégal présumé de plus de 300 fichiers chacun, a-t-on appris de sources judiciaires.

Ce jugement est un “message fort” destiné aux pirates: ils “ne pourront plus rester anonymes”, a déclaré Ricky Fung, directeur général à Hong Kong de la Fédération internationale des industries phonographiques (IFPI). Le responsable a n’a pas voulu admettre que ce jugement limiterait la liberté sur la Toile. Il a promis de se servir de cette décision de justice pour poursuivre les pirates. Il considère qu’il s’agit “d’une question de vie ou de mort.” La justice hongkongaise avait déjà lancé en novembre une sévère mise en garde contre le téléchargement illégal sur Internet, en infligeant, pour la première fois au monde, une condamnation à la prison ferme à un pirate utilisant le réseau de partage BitTorrent (BT). Le principe du BitTorrent est très répandu parmi les internautes (lire nos articles). Notamment parce qu’il permet aux “pirates” de télécharger de façon décentralisée avec des sources multiples ce qui permet des téléchargements rapides et faciles. L’IFPI estime que le téléchargement illégal ou les copies clandestines de CD sont responsables d’une chute de 63% du chiffre d’affaires de l’industrie musicale durant la dernière décennie.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur