Trimestriels HP : retour à la sérénité… l’effet Meg Whitman ?

Cloud

Malgré des résultats en demi-teinte, les marchés ont plutôt bien réagi. Est-ce l’effet Meg Whitman ? La nouvelle présidente du groupe se veut rassurante et annonce une année 2012 de « remise à zéro et reconstruction ».

HP veut effacer la période Léo Apotheker, marquée par une acquisition lourde, 11 milliards de dollars pour le rachat de l’éditeur britannique Autonomy, et l’inquiétante annonce du projet de cession -avorté- de la division PC… entre autres rebondissements ! Wall Street, les marchés, les clients également ont peu apprécié cette période de fortes turbulences. Mais désormais le pouvoir est revenu dans la Silicon Valley, dont Meg Whitman, nommée CEO en septembre dernier est l’un des vétérans adulés, un statut exceptionnel qu’elle a su enrichir par son passage remarqué à la direction d’eBay. Il fallait bien cela pour restaurer la confiance des marchés en cette firme d’ingénieurs.

Les résultats trimestriels (Q4) sont en demi-teinte : supérieurs aux attentes des analystes, avec un consensus à 32,05 milliards de dollars, le chiffre d’affaires affiche 32,3 milliards (contre 33,3 en 2010, même trimestre); et le bénéfice chute de 91%, à 239 millions (contre 2,5 milliards l’an passé). Explication officielle: la faiblesse des ventes d’ordinateurs. Par ailleurs, Meg Whitman s’est montrée prudente; elle anticipe un exercice 2012 difficile. Les marchés ont apprécié son réalisme, alors que le titre clôturait à la baisse à la fermeture de Wall Street, il est reparti à la hausse après publication.

Retour aux fondamentaux

Entre les inondations en Thaïlande qui font grimper le prix des disques durs, le recul des ventes en Chine -qui a peu apprécié les annonces de  Léo Apotheker sur le PC et la crise européenne-, la marge de manoeuvre de Meg Whitman est pour le moins réduite. C’est pourquoi la nouvelle directrice générale entend miser sur certains fondamentaux pour franchir cette période troublée. A commencer par l’augmentation des budgets de recherche et développement, une inversion de tendance après le recul de 10% enregistré en 2010. Autre stratégie, HP projette de recruter des vendeurs, principalement pour suivre ses grands clients, et de s’étendre en Chine. Enfin Meg Whitman a indiqué que le groupe ne procèderait plus à de grosses acquisitions au cours du prochain exercice, mais se réserve la possibilité d’acquérir de petites structures technologiques, plutôt dans le logiciel, pour un budget d’environ 500 millions de dollars.

WebOS, un échec à 3,3 milliards de dollars

Alors qu’elle s’est clairement engagée à maintenir la division PC au sein du groupe, annulant la désastreuse annonce faite par son prédécesseur, Meg Whitman n’a pas évoqué le devenir de WebOS, l’OS dérivé de Linux acquis avec Palm qui devait être le coeur des projets ‘devices’ d’HP, et équiper des imprimantes aux tablettes, en passant par les smartphones, un marché sur lequel HP ne cesse de lorgner… Les résultats trimestriels du groupe permettent en revanche de calculer le coût de l’arrêt de l’OS mobile et de la tablette Touchpad bradée : 3 milliards, soit deux fois le prix d’acquisition de Palm !
___________________________________________

Chiffre d’affaires annuel en hausse à 127 mrds $:
numéro un mondial, toujours

Le chiffre d’affaires annuel 2011 se rapproche un peu plus des 130 milliards de dollars:  à 127,2 (contre 126 en 2010, soit une hausse de 1%) – ce qui laisse HP numéro un mondial des fournisseurs IT, assez loin devant IBM.  En revanche, le résultat net annuel a reculé, s’établissant à 7,1 milliards (contre 8,8 en 2010 ; format GAAP).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur