HP a le feu vert pour s'emparer d'EDS

Régulations

Une méga-fusion à 12,6 milliards de dollars

Alors qu’IBM a jeté son dévolu sur le français ILOG, la Commission européenne vient de donner son feu vert au rachat d’EDS par HP pour 13,9 milliards de dollars. Une opération annoncée en mai dernier.

Juste auparavant, HP annonçait avoir réglé les cinq contentieux suscités par l’annonce de son acquisition. HP n’a pas détaillé les termes des accords signés avec les actionnaires mécontents. Il a simplement indiqué que l’une de leurs dispositions était de repousser la date de fusion au delà du 18 août, ce qui permettra aux actionnaires d’EDS de toucher le dividende trimestriel de 5 cents par action.

Ce rachat d’Electronic Data Systems, géant des services d’outsourcing propulsera HP dans les services informatiques. Il s’agit du second plus important rachat pour HP depuis le rachat de Compaq il y a 6 ans.

Depuis plusieurs mois, HP ne cachait pas ses intentions d’acquérir des sociétés spécialisées dans les services ‘IT’. En autres cibles, il avait été question d’acquérir Capgemini.

EDS, est l’un des leaders mondiaux dans les services d’outourcing et de consulting IT. Sur la base de la cotation en Bourse de ce vendredi 9 mai, la capitalisation boursièe d’EDS s’élevait à 9,5 milliards de dollars.

Fondée en 1962 par un certain Ross Perrot, qui a été candidat à la présidentielle américaine, EDS compte 139.000 salariés contre 172.000 pour HP.

Cette acquisition permet à HP de passer devant IBM, dont la division IBM Global Services concurrence directement EDS, s’agissant de services de consulting IT et de support aux utilisateurs. L’activité de Hewlett-Packard dans les services a représenté un chiffre d’affaires de 16,6 milliards de dollars au titre de l’exercice 2007 pour un volume d’activité total de 104 milliards.

A lire également : Rachat d’EDS : le curseur services/marge revient un peu vers HP ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur