Pour gérer vos consentements :
Categories: PCPoste de travail

HP adhère avec modération au concept du PC Copilot+

Ne dites pas « Copilot+ PC », mais « next-gen AI PC » ? HP tient à cette distinction.

Microsoft est à l’origine du label Copilot+ PC. Le cahier des charges associé impose trois grandes spécifications techniques minimales : 16 Go de RAM, 256 Go de disque et un NPU délivrant 40 TOPS (milliers de milliards d’opérations par seconde).

Ces critères « vont forcément évoluer », estime HP. Une raison de privilégier l’appellation next-gen AI PC, que d’autres constructeurs ont d’ailleurs adoptée.

L’OmniBook X AI PC (14 pouces) est le premier PC Copilot+ dans la gamme grand public. Le ticket d’entrée est à 1299 € TTC pour une config en Snapdragon Elite X1E-78-100 avec 16 Go de RAM et 512 Go de disque. Poids : 1,34 kg. Autonomie annoncée : 26 heures en lecture vidéo locale.

HP veut détacher l’étiquette Copilot…

Là n’est pas le seul motif. HP compte aussi démontrer que « l’IA, ça n’est pas [que] Copilot »…
Et développe effectivement ses propres services. En vitrine :  AI Companion.

Cette boîte à outils apporte, pour le moment, une assistance à la recherche en langage naturel, à l’analyse et à la synthèse de documents (PDT, TXT, DOCX), à la composition de texte et à l’optimisation des performances*.

HP va précharger AI Companion sur certaines machines. Il le diffuse aussi par l’intermédiaire du Microsoft Store. Dans tous les cas, il est nécessaire d’avoir un next-gen AI PC. Officiellement, cela ne marchera pas avec « AI PC » tout court. C’est-à-dire avec les ordinateurs disposant d’un NPU à moins de 40 TOPS.

L’EliteBook 1040 G11 en fait partie. Récemment ajouté au catalogue, ce 14 pouces Intel est disponible aux formats clamshell et convertible. Châssis magnésium pour le premier, alu pour le deuxième. Mais dans les deux cas, 90 % de matériaux recyclés. Le clavier en comporte aussi. En l’occurrence, des filets de pêche. HP a aussi intégré de l’huile de cuisson dans la fabrication de certains PC. Il affirme réfléchir à utiliser, entre autres, des algues marines, du polystyrène et de la fast fashion.

… et pousser AI Companion

À défaut d’AI Companion et ses fonctionnalités génératives, l’EliteBook 1040 G11 et les autres « AI PC » embarquent des technologies qui tirent parti de leur NPU. Elle ont essentiellement trait à l’optimisation audio-vidéo : suppression du bruit de fond, captation dynamique, cadrage automatique, etc. En toile de fond, l’acquisition de Polycom. Elle se manifeste d’ailleurs en l’objet de Poly Camera Pro, console permettant de régler les paramètres pour tous les logiciels de visio.

L’EliteBook Ultra AI PC se différencie de l’OmniBook essentiellement parce qu’il est livré avec Windows 11 Pro et HP Wolf Security. Il n’est pas encore en précommande en France. Aux USA, le prix conseillé est à 1699 $ (HT). Le logo bleu est celui de la marque Helix, propre aux next-gen AI PC de HP.

HP n’a pas la même latitude pour intégrer ses services sur les Chromebooks : « Google garde la main sur l’image […]. Même sur le design. »

Il ne faut, plus globalement, pas s’attendre à une communication spécifique au sujet de la marque Chromebook Plus (forme de pendant des PC Copilot+). Le reflet d’un marché « très petit en France ». Sur les 4,5 millions de PC que HP pense vendre cette année en France, moins de 100 000 devraient être des Chromebooks. Il n’en a pas dans son catalogue pro et sur la partie grand public, « c’est moins de 5 % des ventes ». Le segment « est en encore plus grande décroissance que le reste de l’environnement PC ».

Le format 17 pouces a plus de succès en France. En tout cas sur le segment grand public (25 % des ventes). Les grandes diagonales sont néanmoins en croissance même sur le premium. « Une force, puisque Apple, sur le 16 pouces, est [sur] des prix très élevés », veut croire HP.

Hors stations de travail, 30 % des ventes en France sont des PC de bureau. Sur les workstations, le mobile, dominant lors de la période Covid, est repassé derrière le desktop (55/45). HP évoque « une raison évidente de puissance »… et ne manque pas de rappeler avoir lancé son logiciel AI Studio destiné à collaborer sur la création de LLM.

* Certaines fonctionnalités ne sont pas intégralement locales. Interrogé à ce propos, HP n’a pas apporté de précisions.

Recent Posts

La Suite Numérique : les errements d’un projet d’État

La Cour des comptes pointe les résultats insuffisants de La Suite Numérique (ex-SNAP) et évoque…

1 jour ago

Apple Pay : l’UE valide l’ouverture à la concurrence sur les iPhone

La Commission européenne approuve la proposition d’Apple permettant à des concurrents de proposer des solutions…

1 jour ago

Que d’eau ! Les engagements d’AWS pour en économiser

AWS entend devenir « water-positive » pour 2030. Que recouvre cet objectif ?

2 jours ago

PC : le marché renoue avec la croissance au deuxième trimestre

Après sept trimestres consécutifs de baisse, le marché mondial des PC traditionnels affiche un rebond…

2 jours ago

Le CISPE et Microsoft trouvent un accord : et maintenant ?

Le CISPE s'est engagé à retirer sa plainte contre Microsoft. Quelle monnaie d'échange le groupe…

2 jours ago

Silo AI, une nouvelle prise pour AMD dans le vivier européen de l’IA

Après avoir acquis Mipsology en France, AMD s'empare de Silo AI, tête de pont de…

2 jours ago