HP Blade c3000 : tout le S.I. d’une PME dans une boîte de 27 cm…

Régulations

HP lance un châssis de serveurs ‘lames’ à 8 emplacements intégrant
alimentation, ventilation et câblage réseau. Il peut tout héberger: des lames
serveurs, des unités de stockage, et de sauvegarde…

Après le démarrage en force des ‘serveurs lames’ (‘blade servers‘) dans les datacenters et les grandes entreprises, HP lance la gamme de châssis très compacts HP BladeSystem c3000.

Elle vise les PME/PMI, soit des entreprises de 100 à 1.000 employés (il en existe 500.000 dans le monde, selon HP).

Cette solution très intégrée dans un châssis 1U (27 cm de hauteur!) met à portée des PME les technologies ‘blades‘ les plus récentes. Ainsi, toutes les entreprises qui disposent d’au moins deux ou trois serveurs PC, d’un routeur ou commutateur et d’un système de sauvegarde pourront s’équiper d’un seul équipement évolutif intégrant l’ensemble.

Avantage mis en avant: facilité d’installation et de maintenance. Et à un prix attractif: à partir de 5.000 euros, l’entreprise disposera d’une configuration de ce type.

Elle a tout d’une grande?

Reprenant les technologies et les composants de son aîné, le BladeSystem c7000, cette nouvelle configuration c3000 se différencie par des alimentations spécifiques et 8 emplacements ‘lames’ contre 16. Cet ensemble ‘blade‘ peut se poser sur une table et sera bientôt disponible en version tour sur roulettes.

Cette compatibilité permettra donc de pérenniser les investissements en cas de migration.

Au c?ur du châssis, le fond de panier NonStop (technologies de haute disponibilité chez HP) joue à fond la sécurité: redondance des éléments réseau, de l’alimentation, du refroidissement et des unités de stockage.

Il intègre, en outre, un mécanisme de protection des données. Bien entendu, les ventilateurs HP Active Cool (reposant sur 20 brevets maison) sont tous doublés, assurant un refroidissement optimal.

Avantage de l’architecture des lames -serveurs ou unités de stockage ou autres -, il suffit d’insérer la lames de quelques centimètres d’épaisseur dans son emplacement pour récupérer l’alimentation électrique électricité, le câblage réseau, la technologie Raid? Les lames HP serveurs offrent la possibilité d’intégrer deux disques durs aussi simplement.

L’administration – surpervision peut s’effectuer depuis un petit écran LCD rétractable (HP Insight Display, comme sur les imprimantes : menus et flèches), en local en utilisant le connecteur prévu pour un ordinateur ou à distance en mode sécurisé. HP a intégré une prise USB et une option lecteur DVD intégré.

Ouverture et simplicité : tout pour séduire la PME

Le châssis HP BladeSystem c3000 peut regrouper à la fois des serveurs, un commutateur/routeur, le stockage, et la sauvegarde. Bien sûr, le châssis est multi-OS et peut recevoir indifféremment des machines réelles ou virtuelles sous Windows, Linux, VMWare, HP-UX, OpenVMS, Solaris ou Netware, hébergés par des serveurs à 2 ou 4 processeurs X86.

Côté réseau, le c3000 se connecte indifféremment et simultanément à de l’Ethernet, du Fibre Channel, et de l’Infiniband.

Tout a été pensé pour que des utilisateurs non informaticiens puissent travailler avec le moins de problèmes possible. Et la simplicité d’installation de maintenance contribue également à un retour rapide sur investissement. En effet, les opérations de maintenance s’effectuent rapidement, et le système peut envoyer des alertes à un prestataire distant.

Une installation a été prévue en quelques minutes via des assistants, et HP propose même des kits de migration applicative via assistant (type : Exchange + SQL Server + Citrix).

Stockage et sauvegarde de haute tenue

À chaque lame serveur (en plus de ses deux disques), l’entreprise peut attacher une lame de stockage HP StorageWorks SB40c contenant jusqu’à 6 disques SAS (jusqu’à 140 Go chacun) ou SATA (jusqu’à 120 Go chacun) hot-plug de 2,5 pouces. Outre ces hautes performances, lames et châssis intègrent la technologie Raid (mode 0, 1, 5 et 6). La lame HP StorageWorks Ultrium 448c apporte une solution de sauvegarde sur bande LTO2.

La nouveauté : le stockage partagé devient possible avec le système HP StorageWorks AiO SB600c occupant deux emplacements pour offrir un stockage partagé NAS (fichiers) ou iSCSI (SAN ou blocs) jusqu’à 1 téraoctet. Grâce aux assistants, la configuration et la maintenance sont fortement simplifiées.

HP commencera un tour de France pour ses revendeurs dans quelques jours, avec des services supplémentaires, des guides, des extranets, des formations, et autres PLV. Le constructeur vise « des ventes conséquentes d’ici à la fin de l’année 2007 ».

Une place bien occupée

Le HP Blade System c3000 vient donc concurrencer le BladeCenter entrée de gamme d’IBM avec ses 14 emplacements pour lame serveur biprocesseur (et 7 en quadri). Sur le segment, on trouve également Dell avec son PowerEdge 1955 intégrant jusqu’à 10 serveurs lames biprocesseurs. Par ailleurs, Fujitsu/Siemens avec ses blades Primergy ou Sun avec ses blades 8 000 occupent aussi le terrain. Néanmoins, ces deux derniers modèles d’entrée de gamme ne devraient pas trop gêner HP, contrairement à IBM ou Dell, car ils restent positionnés encore sur les datacenters. De quoi alimenter encore longtemps la guerre entre les trois compères aux lames bien évidemment incompatibles et surtout bien aiguisées?


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur