HP étend le protocole OpenFlow sur ses commutateurs

Cloud

Protocole ouvert de pilotage du trafic sur les réseaux, OpenFlow passe du projet de recherche à la réalité commerciale avec son introduction progressive sur les équipements des constructeurs qui participent au projet. Dernier en date, HP et sa gamme de commutateurs.

Après l’annonce du déploiement par HP du protocole OpenFlow sur seize de ses commutateurs, le projet universitaire et de recherche destiné à automatiser la gestion des réseaux reprend de la légitimité et entre dans une véritable démarche industrielle. HP emboîte ici le pas à Brocade, Cisco, Extreme Networks, IBM et NEC, qui ont également annoncé le support de ce protocole. Malgré ces parrainages prestigieux et concrets, l’adoption d’OpenFlow par les entreprises sera longue, tant le protocole s’inscrit en rupture avec les pratiques des réseaux issues de plusieurs décennies.

Réseaux : OpenFlow et le concept SDN

OpenFlow est construit autour du concept de SDN (Software Defined Networking), une nouvelle approche en rupture des réseaux et de l’attribution des clés qui sépare les données et les plans de contrôle centralisés, avec une interface unique et agnostique des fournisseurs, et qui s’appuie sur le découpage et la virtualisation du réseau.

OpenFlow fournit une carte logique du réseau, des services et des applications, découpée en tranches et qui peut être manipulée par un administrateur. La carte est entretenue via un système d’exploitation réseau. Les avantages portent d’une part sur la sécurité avec la capacité à isoler des couches réseau sans impacter les autres parties du réseau ; et pour les constructeurs sur la capacité de simplement écrire des API pour piloter et reconfigurer le réseau sans se préoccuper de sa complexité.

Le projet OpenFlow, initié dès 2007 par l’université américaine de Stanford, est aujourd’hui supporté par la fondation ONF (Open Networking Foundation), qui réunit des acteurs du marché des réseaux comme HP, IBM, Microsoft, VMware, Citrix, Brocade, Dell, NEC et Juniper, ou encore Facebook et Google.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur