HP France : un accord GPEC opérationnel dès le printemps ?

CloudRégulations
HP Logo

Les négociations relatives à la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) permettant à HP France d’échapper à un nouveau plan social, ont débuté le 17 janvier. En 2014, 110 postes, dont 60 chez HP France et 50 chez HP Centre de Compétences France, sont concernés par cette mutation d’activités vers des segments en croissance.

Après que les comités d’entreprise de HP France et HP Centre de Compétences France (HPCCF) ont été informés de l’absence de nouveau plan social (Lire Bon élève, HP France échappe à un nouveau plan social), les négociations relatives à la gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) ont débuté vendredi 17 janvier.

La journée a été consacrée à la présentation de ce dispositif d’une durée de trois ans aux syndicats. La GPEC vise à réorienter certains postes, notamment dans les services, vers les segments en croissance. Un calendrier de négociations sur deux mois a été dévoilé par la direction, qui table sur la conclusion d’un accord opérationnel dès 2014.

« Conserver un maximum de salariés chez HP »

Pour 2014, 110 postes sont concernés par cette mutation d’activités, dont « 60 postes à risques chez HP France et 50 chez HP Centre de Compétences France », a indiqué la CFTC dans sa communication aux salariés. Pour 2015 et 2016, les chiffres n’ont pas encore été précisés. Qu’en est-il des moyens mis en œuvre ? « Il y aurait, selon la direction, un budget suffisant. Mais rien n’est communiqué pour l’instant. Les business (units) paieront la GPEC. Un travail a été fait sur un coût moyen par individu identique pour 2014, 2015 et 2016 », a expliqué le syndicat.

De son côté, la direction assure vouloir « conserver un maximum de salariés chez HP ». Ainsi, des solutions seront proposées aux salariés « sur des postes à risques » qui acceptent une transformation de leur métier, comme à ceux qui ne le souhaitent pas. « Le volontariat est donc confirmé », assure-t-elle. Les salariés qui ont un projet professionnel se verraient accompagner par l’entreprise pour le finaliser. « S’il y a refus, ils resteraient dans leur poste actuel », selon les termes de la CFTC.

Rappelons que le groupe HP a prévu 34 000 suppressions de postes dans le monde d’ici fin octobre 2014, dont un peu plus de 7 000 pour la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique). HP France, grâce à de bons résultats, a échappé au plan social et opté pour une GPEC dans le cadre de son plan de développement à trois ans (Challenge 2017).

Le GPEC : plan social déguisé ?

Les syndicats ont obtenu « la confirmation que la GPEC ne serait pas un outil pertinent si un business décidait de faire une grosse suppression de postes ou de supprimer une entité ou un site ». La GPEC en cours de négociations ne serait donc pas un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) déguisé, mais une réelle opportunité pour les salariés.

« Le climat [des négociations] est constructif pour l’instant, mais la CFTC HP se montre très prudente car il y a encore beaucoup de questions sans réponses », a expliqué à la rédaction Jean-Paul Vouiller, délégué syndical CFTC national, élu au comité d’entreprise européen et secrétaire du comité de groupe HP en France.

Lors d’une prochaine réunion entre syndicats et direction, le 23 janvier, seront présentées une cartographie des métiers ainsi que les modalités de réunion du comité d’anticipation des emplois et du comité paritaire de pilotage GPEC.

En complément :

– Bon élève, HP France échappe à un nouveau plan social

– HP, ce leader méconnu du Cloud en France


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur