HP lance ses solutions de ‘cloud’ hybride, privé/public

Réseaux

HP revendique être le premier fournisseur à commercialiser une offre de ‘cloud’ hybride -entre infrastructures privées et publiques

Genève.- Les services de ‘cloud computing’ -ou nuage de ressources informatiques – se concrétisent.  Ce 25 janvier, simultanément à San José et ici en suisse francophone (au Centre d’innovation de HP à Genève),  Hewlett-Packard  a détaillé à la presse le lancement de sa “plate-forme”  HP Hybrid delivery.
Il s’agit d’un ensemble de services qui s’inscrivent dans la logique de sa stratégie baptisée “Instant-on-enterprise” (cf. l’article récent : ‘HP annonce l’entreprise Instant On, vision du cloud computing‘)
.La nouvelle offre ‘cloud’ de HP est positionnée comme “hybride” – c’est à dire entre ‘cloud’  privé et ‘cloud’ public. Dans cette logique, les traitements informatiques ou “instances” s’appuient sur des ressources systèmes virtualisées, mutualisées, donc partagées, mais néanmoins étanches et sécurisées – même à l’intérieur d’une même entreprise.
La nouvelle offre, déployée en phase pilote et opérationnelle chez quelques partenaires et clients -dont une filiale de Swisscom-  s’installe sur le ‘hardwareBladeSystem Matrix, ou ensembles de serveurs lames empilables à la demande, introduits en 2009.

S’agissant du réseau’ et du stockage, HP fait valoir les acquisitions de 3PAR : “La dimension ‘multi-tenant’ est un apport important, de même que Tipping Point” (gestion de la sécurité du management des réseaux), héritage de 3Com.
3PAR nous apporte notamment une expertise en matière de ‘thin provisioning’ (provisionnement ajusté des ressources) et d’infrastructure mutualisée ou ‘multi-tenant”, commente Xavier Poisson Gouyou Beauchamps, directeur commercial de l’offre ‘Converged infrastructure‘ de HP EMEA (Europe, Afrique), présent ici à Genève.

Tout ne finira pas sur le ‘cloud’

Cette offre intéresse-t-elle toutes les entreprises, tous les modèles d’infrastructure IT ?  “Le cloud computing ne sera pas applicable partout; il ne conviendra pas à tous les cas de figure“, admet Xavier Poisson, non sans pragmatisme et réalisme.
En revanche, les dirigeants de HP se montrent très persuasifs s’agissant des économies engendrées tant en investissements (ou ‘capex’, capital expenditures) qu’en ‘opex’ (operation expenditures).

Des économies supérieures à 30%

Ian Brooks, directeur marketing Cloud computing HP EMEA
Ian Brooks, directeur marketing Cloud computing HP EMEA

Les gains économiques promis avec cette offre ‘cloud’ hybride ou ‘Hybrid delivery’) sont de plusieurs ordres, comme l’a expliqué Ian Brooks, directeur marketing ‘cloud computing’ de HP EMEA:
. la simplification du management des ressources, grâce à la standardisation et à l’automatisation, génère 30% d’économies.
.11% d’économies supplémentaires peuvent être obtenues sur les coûts dus au process de ‘delivery’ (mise à disposition) des services.

On constate une baisse des coûts sur le hardware et le software. Mais pas seulement. Sur le refroidissement aussi“.
Certes, mais il faut cependant rajouter des coûts de serveurs externalisés et, plus marginalement, des coûts ‘réseau’.

Sur la phase de déploiement des applications, l’impact est très perceptible: ce genre d’infrastructure peut générer jusqu’à 50% de réduction des coûts“, affirme Xavier Poisson.
Dans le témoignage livré par deux responsables d’une filiale du géant suisse des télécoms, Swisscom IT Services, leur société Resource A.G, basée à Bern, qui dessert 1.500 clients SAP via 9 entreprises clients mises en ‘cloud’,  constate que les gains au total s’élèvent à ‘35%. [article à suivre].

HP, les gains du 'Cloud' : jusqu'à -35%
HP, les gains du 'cloud computing'


Débordement possible sur Amazon EC2

Aux avantages économiques du ‘cloud hybride’, HP ajoute un argument de poids: l’extensibilité et le débordement très faciles. Selon HP, Ce type d’infrastructure répond, avec souplesse et “agilité”,  aux demandes de ressources informatiques en ‘burst‘ – c’est à dire en cas de pics d’activité de quelques heures ou de quelques jours (consolidation financières, développements en phase de tests, etc.):
Le cloud hybride en ‘burst’ représente une solution rapide à mettre en oeuvre et très intéressante“, observe Xavier Poisson. “En cas de pics avec dépassement des ressources disponibles [burst], nous rendons possible un débordement sur d’autres plates-formes notamment celle d’Amazon EC2

Comparaison avec l’offre UCS de Cisco

A la question, “quelle différenciation attribuez-vous à cette offre de HP qui repose sur des serveurs lames ou ‘blade systems’ X86 et sur une plate-forme de virtualisation (VMware) par rapport à celle de Cisco, UCS, qui s’appuie sur des briques équivalentes (serveurs blades d’architecture Intel et virtualisation VMware), les responsables de HP répondent:
L’offre de HP possède un atout qui est Virtual Connect, mais également l’intégration du management sur l’ensemble de la “stack” , avec Insight Manager (serveurs, réseaux et stockage).  Par ailleurs, HP intègre sa propre offre de stockage, alors que Cisco doit se tourner vers EMC ou vers NetApp… Et un autre atout s’ajoute chez HP, c’est la gestion globale du cycle de vie (lifecycle management). A ma connaissance, il n’y a pas d’équivalent chez Cisco“, affirme Xavier Poisson.

____________________________________________________

Les sous-ensembles de l’offre HP Hybrid Delivery :

La nouvelle offre HP Hybrid delivery présentée ce 25 janvier repose sur les “briques” suivantes:

L'empilement de l'offre 'cloud hybride' de HP
L

HP Enterprise cloud services-compute: ce sous-ensemble  permet de délivrer le ‘cloud computing’ comme un service, à partir de ‘datacenters’ de HP, de dernière génération. Il repose sur des ensembles intégrés de ressources serveurs, de sécurité et de management, à partir de l’offre “Converged infrastructure” de HP – ainsi que des process d’automatisation de ces ressources (notamment pour le provisionnement des ressources à la demande).

HP CloudSystem: c’est un “système intégré”, complet, permettant de construire, de gérer et de consommer des services à travers un ‘cloud’ qu’il soit privé, public ou hybride et cela “en quelques minutes” affirme HP.
Ce sous-ensemble combine les offres Converged Infrastructure et Cloud service automation, logiciel apportant une sécurité de bout en bout, des procédures de gouvernance et de mise en conformité des applications, que l’infrastructure système soit virtualisée et/ou physique.

– Ce même “système” supporte HP Cloud maps, qui apporte un catalogue d'”objets” préconfigurés pour provisionner automatiquement des applications et des ressources d’infrastructure. Ce sont des éléments d’informations enrichis avec les développeurs éditeurs de logiciels, constituant  un espace de connaissances et de bonnes pratiques, des ‘white-papers’, s’inscrivant dans des ‘workflows’ ou procédures organisées en flux logiques.

HP Cloud discovery workshop: c’est un “atelier de découverte”  d’une durée d’un à deux jours, qui permet de faire le point sur l’impact économique, le ROI (retour sur investissement), l’incidence sur la sécurité et le bon ajustement entre besoins et ressources, etc.

Les tarifs de cette offre n’ont pas encore été communiqués. En attendant, HP rappelle qu’il propose une offre de financement (‘financial services‘).  La disponibilité est prévue pour le 1er semestre 2010.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur