HP affiche une perte record et accuse Autonomy de fraude

Régulations

Rien ne va plus ! HP a dévoilé mardi une nouvelle perte abyssale et annoncé une charge exceptionnelle de 8,8 milliards de dollars liée au rachat de l’éditeur de logiciels britannique Autonomy, que le groupe informatique accuse de fraude comptable.

En pleine restructuration, le groupe informatique présidé par Meg Whitman, HP, a dévoilé mardi une perte record et annoncé une charge exceptionnelle de 8,8 milliards de dollars liée à l’acquisition de l’éditeur de logiciels britannique Autonomy, que la multinationale américaine accuse de fraude.

Autonomy réfute les accusations

HP, à l’initiative du prédécesseur de Meg Whitman, Leo Apotheker, a racheté Autonomy l’an dernier 10,24 milliards de dollars, afin de se réorienter vers le logiciel d’infrastructure et les services. Or, d’après Meg Whitman, l’acquisition aurait été surévaluée et entachée de fraude.

La firme américaine a évoqué hier par voie de communiqué « un effort délibéré » de dirigeants d’Autonomy « pour gonfler les données financières de l’entreprise afin d’induire en erreur les investisseurs et les acheteurs potentiels ».

Ces actions, a ajouté le groupe HP, « ont gravement nui à la capacité de la direction d’HP pour évaluer justement Autonomy au moment de la transaction ». Leo Apotheker et l’ancien directeur de la stratégie d’HP, Shane Robinson, apprécieront…

HP a porté l’affaire devant la Commission américaine en charge des opérations de Bourse (SEC) et l’autorité britannique en charge des fraudes (FSA). Parallèlement, l’entreprise a engagé une enquête interne et entend demander réparation devant la justice, afin de « récupérer ce qu’il peut pour ses actionnaires ».

De son côté, Michael Lynch, fondateur et ancien dirigeant d’Autonomy, a rejeté les accusations du groupe HP. Il a expliqué au Wall Street Journal que la multinationale américaine a saboté une activité prometteuse du fait de son « mauvais management » et de la valse de ses dirigeants.

HP prend l’eau au quatrième trimestre

Au quatrième trimestre de son exercice fiscal 2012 clos le 31 octobre, HP a affiché une perte nette de 6,85 milliards de dollars, contre un bénéfice de 239 millions de dollars à la même période l’an dernier.

Sur l’ensemble de l’exercice, le groupe affiche une perte annuelle de 12,7 milliards de dollars, contre un bénéfice de 7 milliards de dollars en 2011.

Le bénéfice par action hors éléments exceptionnels est ressorti à 1,16 dollar, contre 1,17 dollar un an auparavant.

Dans ce contexte, le chiffre d’affaires de la firme américaine a reculé de 6,7 % à 29,96 milliards de dollars au quatrième trimestre, alors que les analystes interrogés par Thomson Reuters tablaient sur un CA de 30,43 milliards de dollars. Sur l’ensemble de l’année 2012, HP a généré un CA de 120,4 milliards de dollars, en recul de 5 % par rapport à 2011.

Une fois de plus, les ventes de matériel HP ont reculé.

Dans le détail, les revenus générés par la branche PC ont chuté de 14 % sur un an, les équipements dédiés au stockage de données de 9 % et les imprimantes de 5 %. Le CA généré par la division des services informatiques a également reculé de 6 %. Seuls les revenus de la branche logiciel ont progressé (+14 %).

Le recul global des ventes du groupe HP, le fiasco lié à l’acquisition d’Autonomy et les mornes perspectives du groupe pour 2013 inquiètent Wall Street.

Mardi soir au New York Stock Exchange, l’action HP a clôturé en recul de 11,95 % à 11,71 dollars, affichant la plus forte baisse de l’indice Dow Jones. Ainsi, depuis janvier, l’action du groupe HP a perdu près de la moitié de sa valeur.


Auteur : Ariane Beky
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur