HP préconise le poste client léger “ouvert”

Réseaux

Avec un ensemble de mises à jour logicielles et de nouveaux matériels, le constructeur pousse la virtualisation et le ‘thin client’

Ce 4 septembre, HP France a mobilisé transversalement, plusieurs de ses responsables -infrastructure et datacenters, postes clients et stations de travail, middleware…

Objectif ? Annoncer et démontrer les avantages des nouvelles configurations conçues notamment autour de ses châssis de classe “C”, accueillant des lames -serveurs et clients.

La tendance à la reconcentration/ consolidation autour d’un nombre restreint de datacenters – une sorte d’architecture équivalente à celle des ‘mainframes ‘mais autour de châssis standards, aussi bien pour les serveurs d’applications, le stockage, la continuité de services…

HP constructeur tient en particulier à démontrer aux moyens et grands comptes tous les avantages structurels et fonctionnels des solutions de virtualisation alliées aux postes de travail dits “clients léger” d’origine Citrix – entre autres.

Il annonce ainsi 4 nouveaux postes “clients légers” , réf. HP t5630, 5545, 5540 et 5145.

Globalement, le gain ‘TCO’ (coût total ‘ownership‘) pour la partie poste de travail serait de 30 à 40%, affirme HP.

Ces 4 nouveaux postes clients apportent des “fonctions multimédia et ‘brokering’ renforcées, des performances supérieures et un choix plus large pour leur administration/supervision : ‘HP ThinState USB capture & deploy‘, HP ‘Device manager‘ et HP Client automation‘ (héritage de Neoware) viennent faciliter les opérations de déploiements, mises à jour, etc.

Mais HP veut aussi souligner qu’il serait “le seul constructeur à proposer des solutions complètes de virtualisation du postes de travail et de clients léger pour les trois profils d’utilisateurs ‘types, à savoir:

l’utilisateur ‘bureautique‘ relativement peu technique, HP Virtual desktop infrastructure, avec les trois grands du marché : VMware ThinApp, Citrix XenDesktop et, très bientôt, Microsoft Hyper-V;

l’utilisateur dit “avancé”, nécessitant de la puissance processeur, du muti-tâche, une qualité d’écran voire plusieurs écrans: HP propose son Blade PC, un terminal-écran, ‘diskless’ connecté en réseau à un PC sur lame dans un châssis du datacenter,

l’utilisateur de station de travail : idem, toujours en ‘blade’ bien sûr mais en plus sophistiqué, en tirant parti, notamment, du protocole RGS pour l’affichage graphique couleur haute résolution, des processeurs haut de gamme, etc.

Dans ce registre, HP annonce la nouvelle station de travail en lame ou Blade workstation HP Proliant xw460c dotée des toutes nouvelles cartes graphiques Nvidia Quadro (FX 770M, FX3600M et FX 5600). Ca doit décoifffer… Chaque ‘blade’ peut supporter jusqu’à 4 écrans… (on peut évidemment se contenter aussi de cartes graphiques PCIe standard).

Par ailleurs, côté châssis (class c, ceux introduits début 2007) HP introduit une nouvelle ‘lame PC’ pour la virtualisation, ref HP Proliant BL495c qui accueille les processeurs Quadcore d’AMD (‘Barcelona’). Avec 16 connecteurs, la capacité mémoire peut être portée à 128 Go ! A mentionner : deux connecteurs réseaux 10 Gbps, et deux disques ‘flash’ SSD de 64 Go chacun (consommation électrique : 1 watt!).

Côté système d’exploitation pour la virtualisation, HP tire parti de son expérience dans le VDI avec VMware (cf. la HP Proliant iVirtualization). Il propose ses clients légers avec Citrix XenDesktop : les licences et les supports sont chargeables à partir d’une clé USB. A noter que le XenServer de Citrix est intégré.

Mais on l’a bien compris : c’est là aussi la base pour le VDI à venir dès que, dans quelques semaines, l’Hyper-V de Microsoft sera disponible.

Du côté des “serveurs critiques” supportant la virtualisation, HP annonce un nouvel “environnement ‘Virtual server‘ qui, sous HP-UX 11i V3, apporte Integrity VM v.4, avec 8 processeurs possibles. On y retrouve les capacités ‘multipath‘, ‘load balancing‘ (répartition de charge) et partitionnement dynamique pour les exécutions “système’. Les chemins de données sont accélérés ‘avec ‘AVIO’). Selon le constructeur, les performances d’applications ERP (SAP, Oracle) seraient de +50%. Avec Oracle, HP a également testé (pour son usage interne) les requêtes distantes utilisant RAC (remote access) d’Oracle. Très concluant, paraît-il, jusqu’à 100 km.

Enfin, côté serveur de stockage -et le tour sera quasi complet ! – HP annonce, sur son StorageWorks 4400, des services NAS extensibles/échelonnables’ (‘scalable NAS file services’) : c’est l’introduction de technologies SAN (réseau de stockage) dans des unités de stockages attachées (NAS).

Illustration : une grappe (cluster) de trois serveurs peut être extensible à 16. En format NFS ou CIFS, la capacité de stockage peut aller de 4,8 à 96 To (tera-octets). Cette technologie est héritée de Polyserv. Elle est donc désormais intégrée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur